Fin de parcours pour Sony dans la lecture numérique

Clément Solym - 04.08.2014

Lecture numérique - Lecteur eBook - Sony ebooks - lecteurs PRS - ebookstore marché


L'information circule, alors que personne chez Sony n'est encore en mesure de nous confirmer quoi que ce soit. Avec les feuilles mourantes de l'automne venait un nouveau modèle PRS, le lecteur ebook maison. Mais en 2014, aucun nouvel appareil n'est prévu. Ce qui laisse envisager qu'après la fermeture de son ebookstore, Sony se retirerait du marché grand public. 

 

 

Le PRS-T2, tout fraîchement déballé

 

 

Le Sony Reader PRS-T4 ne verra pas le jour, a assuré un porte-parole de Sony à Lesen. On laissera s'écouler paisiblement les derniers stocks du modèle sorti en septembre 2013, là où il en reste. Mais désormais, la firme laisse de côté ce segment du marché, dont l'aspect économique n'est pas évident. Surtout que Sony est plutôt positionné dans le high-tech haut de gamme. Et le domaine des lecteurs ebook est plutôt dans une approche de prix bas, depuis quelques années. 

 

L'adieu aux armes, évidemment, alors que le dernier modèle coûtait encore 139 €, sans rétroéclairage intégré, comme c'était devenu la norme pour tous les appareils. Kobo, Tolino, Bookeen, avaient tous implanté cette couche matérielle, quand Sony avait fait le choix, pour son PRS-T3, d'une vitesse de chargement nettement supérieure.

 

Il est vrai que les innovations n'avaient pas vraiment fait l'apanage des derniers modèles, surtout qu'entre le PRS-T2 et son successeur, le T3, on avait peine à trouver les évolutions. 

 

Bien entendu, tout n'est pas complètement fini pour Sony : il reste encore le marché des professionnels, avec le DPT-S1, un appareil immense, avec une diagonale epaper de 13 pouces. Mais le prix est tout aussi considérable, puisque l'appareil est vendu plus de 1000 $. On attendra encore l'IFA pour vérifier si ce lecteur ebook hors normes verra son champ de commercialisation étendu au-delà des frontières américaines et japonaises. Mais pour l'heure, rien ne le laisse présager. 

 

Déjà en février dernier, le transfert des clients Sony vers Kobo avait marqué les esprits. On assurait que les applications étaient toujours en place, mais là encore, Sony avait largement souffert de l'apparition de l'In App Purchase chez Apple. En mettant dans l'AppStore, sa première librairie d'ebooks, Sony avait essuyé les plâtres d'une nouvelle taxe, de 30 %, prélevée par Cupertino sur toute vente réalisée dans les applications. Coup dur... qui remonte à quelques années maintenant, et avait déjà sapé les bases de la firme.

 

Seule consolation : si l'on cite Amazon comme l'acteur qui a créé le marché de la lecture numérique, Sony fut bel et bien l'un de ses principaux acteurs. Voilà maintenant 10 ans que la firme s'est lancée, et elle fut parmi les premières à adopter le format EPUB. Reste alors à savoir si, maintenant que le Japonais s'est complètement dégagé des questions liées à l'ebook, sa place au sein de l'IDPF est encore importante. 

 

Sollicité par ActuaLitté, les représentants de Sony France n'étaient pas disponibles pour nous apporter de complément d'informations.