Former les enfants au code, le défi Scratch Blocks de Google et du MIT

Clément Solym - 20.05.2016

Lecture numérique - Acteurs numériques - Google codage enfants - MIT coder développement - programme enfants coder


La firme californienne multiplie ses apparitions dans la presse, exposant ses nouveaux outils ou les améliorations apportées aux anciens. Ce qui transparaît, c’est la recherche définitivement poussée vers les usages d’un web sémantique, avec de nombreuses expérimentations visant à recréer, chez la machine, un langage naturel. Et pour ce faire, Google travaille avec le MIT pour former les plus jeunes aux outils de programmation. 

 

 

 

Le développement d’un langage de programmation visuel, baptisé Scratch, se poursuit en effet, avec une nouvelle génération. Main dans la main, avec un doigt sur le clavier, les deux partenaires élaborent une version open source du langage Blocks Scratch, reposant sur Blockley, le code de programmation visuelle de Google.

 

Il s’agit d’aboutir à un programme d’enseignement, destiné à la jeunesse, pour lui expliquer le langage du code, avec des blocs qui s’emboîtent comme des Lego, verticalement ou horizontalement. 

 

Dans un communiqué, Champika Fernando et Kasia Chmielinski, responsables des produits, annoncent cette collaboration, tout en rappelant que Scratch a déjà conquis 11 millions de jeunes à travers le monde. « Comme l’équipe de Scratch, nous croyons que le codage incarne bien plus qu’un simple ensemble de compétences techniques : le codage est un outil précieux pour tout le monde, l’autonomisation des enfants (et des adultes), pour imaginer, inventer et explorer. »

 

C’est une véritable grammaire de Scratch Blocks que la firme expose désormais. Et dans une poignée d’années, certains de ces futurs petits prodiges du codage pourront apporter leur pierre à l’édifice Google. Probablement que, d’ici là, le moteur de recherche aura perfectionné nombre de ses outils, et sera en mesure d’écrire des poèmes, meilleurs que ceux présentés récemment.