Google confirme : ouverture de l'ebookstore "prochainement" en France

Clément Solym - 20.03.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - Google Play - ebookstore - ouverture


Information ActuaLitté : La nouvelle a secoué l'internet français. Depuis l'annonce du lancement de Google Play, la prochaine plateforme regroupant tout un ensemble de contenus dématérialisés, la rumeur a grandi d'une ouverture de l'ebookstore en France. Enfin des livres numériques vendus par la société californienne dans l'Hexagone ? « Prochainement », commente paisiblement Philippe Colombet, directeur de Google Livres. 

 

C'est que, Salon du livre oblige, les regards ne s'éloignent jamais trop de ce que Google peut faire dans le domaine. Ainsi, Antoine Gallimard annonçait que le Syndicat national de l'édition et la firme, allait finalement parvenir à trouver un accord sur les oeuvres numérisées abusivement. « Nous travaillons toujours dans ce sens. Depuis de longs mois, nous cherchons à mettre en place quelque chose qui soit conforme aux volontés du SNE », souligne Philippe Colombet. 

 

Entre les allées du Salon, suite à la déclaration du président du SNE, on murmurait que non seulement la loi sur la numérisation des oeuvres indisponibles, mais qui plus est, l'enquête qui menace Apple et les éditeurs, inciterait le géant Google à presser un peu le pas. Stratégiquement, Google aurait même tout intérêt à faire vite... « Ce n'est pas une question de contexte, mais plutôt une volonté réciproque d'arriver à un accord avec les éditeurs français. » Mais n'oublions pas que le petit plateau de fromages de pays est attendu, notamment pour sa charge symbolique. 

 

 

 

 

L'autre temps fort serait donc le lancement et l'ouverture de la librairie en ligne. Mais qu'en est-il ? « Ce projet d'ebookstore en ligne est une annonce qui suit le projet Google Plays. Cet espace va fédérer les contenus dématérialisés, que ce soit les applications, les livres, la musique ou les films. Google souhaite unifier les expériences d'achat et l'utilisation de cette bibliothèque pour les utilisateurs, en s'appuyant sur le cloud. Notre ebookstore est déjà en ligne aux États-Unis, en Angleterre, au Canada et en Australie. Pour la France, nous discutons avec tous les grands groupes éditoriaux, afin de proposer un catalogue intéressant. »

 

Nul doute, d'autre part, qu'un accord autour des numérisations pratiquées par Google Books facilitera plus encore la décision des uns et des autres. Un catalogue qui pourrait d'autant mieux accompagner le lancement prochain de la tablette ? Annoncée pour moins de 200 $ - on parle même de 149 $, la Google Nexus est fortement attendue. « Nous ne faisons pas de commentaire sur les rumeurs », cloue cependant Philippe Colombet. Aussi, si tablette il y a, il faudra attendre...

 

De même, on ne s'exprime pas sur le contrat d'agence, qui fait actuellement bouillir la grande marmite que Bruxelles et la justice américaine ont mise sur le feu. Cette entente envisagée sur la hausse du prix de vente des ebooks outre-Atlantique, ou même en Europe, ne fait pas réagir Google. Pas même avec un sourire.

 

En revanche, l'annonce de la participation du groupe Hachette au consortium Readium, chargé de travailler à la création d'un standard autour de l'EPUB est une nouvelle accueillie avec plaisir. « Google est membre de l'IDPF, et nous avons même un employé qui fait partie du groupe de travail, Grath Conboy. Définir les standards industriels communs est essentiel pour aller de l'avant. Cela facilite le dialogue entre tous les acteurs, et nous soutenons évidemment toute coordination internationale allant dans ce sens. »

 

Et cette année, la présence d'Amazon sur le Salon, donne-t-elle envie à Google de revenir au Salon, que la firme n'a pas retrouvé depuis 2008. « Ce qui s'est fait peut tout à fait se refaire... » Avis aux intéressés.