Google Play Books en maintenance : l'heure du grand ménage ?

Antoine Oury - 26.05.2015

Lecture numérique - Acteurs numériques - Google Play Books - librairie numérique - piratage


La boutique de livres numériques de Google, Google Play Books, a fait l'objet de nombreux articles ces dernières semaines, parce qu'elle était devenue le support d'un commerce parallèle de livres contrefaits. Des utilisateurs se faisant passer pour des maisons d'édition, ou dissimulés derrière un pseudonyme, vendaient des exemplaires à des prix moindres, sans autorisation.

 

 

Le message d'erreur affiché par Google Play

 

 

Google avait fait preuve d'une nonchalance particulière : si un titre était jugé illégal par un éditeur ou un ayant droit, ces derniers devaient faire parvenir une plainte en bonne et due forme. La firme avait même répondu à un éditeur néerlandais qui pointait des exemplaires contrefaits issus de son catalogue qu'il fallait... contacter l'éditeur.

 

Ink, Bits & Pixels, qui avait le premier mis à jour ce gisement de livres numériques piratés et revendus à des prix ridiculement bas, fait état d'une fermeture temporaire du Centre des partenaires Livres de Google Play, l'outil qui permet d'ajouter des livres numériques à sa librairie. Le service est également en maintenance en France, même s'il affiche le message en anglais :

Nous n'acceptons pas de nouvelles inscriptions pour le moment. Nous sommes désolés pour le dérangement. Nous serons bientôt de retour.

Difficile de prédire ce que Google prépare avec sa boutique de livres, mais les hypothèses convergent : Google serait en train de faire un grand ménage au sein de sa boutique, et peut-être d'améliorer ses outils pour éviter de nouveaux cas de contrefaçons. Dans les quelques réponses officielles que la firme a faites aux intéressés, elle explique améliorer « les possibilités de gestion de contenus et l'expérience utilisateur ». 

 

Aux dernières nouvelles, le ton était quelque peu monté du côté des éditeurs : Nieuw Amsterdam, l'éditeur néerlandais précité, avait reçu le soutien de la NUV, l'association des éditeurs néerlandais, qui n'écartait pas la possibilité de déposer une plainte...

 

L'autre hypothèse, à ne pas négliger, est un grand nettoyage à la recherche des livres numériques qui sont en fait des malwares, logiciels malveillants destinés à dérober des informations. Le problème avait été identifié en mars dernier. Google fera peut-être d'une pierre deux coups.