Google limite fictions et mensonges avec un brevet de micro-détecteur

Antoine Oury - 18.11.2013

Lecture numérique - Acteurs numériques - Google - micro détecteur - mensonges


Voilà un projet qui risque de fâcher un peu plus les réticents à la technologie avec Google, le géant américain d'Internet et des données personnelles. Motorola, filiale de Google, vient ainsi de déposer un brevet pour un micro qui se fixe sur la gorge, et s'avère doublé d'un détecteur de mensonges. 

 


 

 

En se basant sur « la résistance épidermique », le patch sera capable de déceler l'utilisateur qui ment de celui qui ne déclare que l'invraisemblable vérité. On se demandera bien quel menteur gardera le gadget sur le cou tout en débitant son alibi, mais la mention de l'outil est bien écrite, noir sur blanc et sans mensonge, dans le brevet déposé.

 

D'après Melville House Books, ce type de technologie menacera, à l'avenir, le travail du romancier : impossible de faire mentir les personnages, dans la mesure où tout un chacun portera son petit micro autocollant doté d'un détecteur de mensonges. 

 

Tout le monde relativise la nouvelle : les brevets déposés, souligne-t-on, arrivent rarement jusqu'à la chaîne de production. Et l'autocollant se retirerait sans trop d'efforts, sans oublier qu'un bon menteur s'adapte à toutes les situations. Par ailleurs, il reste un espoir pour la création : le détecteur pourra se coller sur le cou des animaux (malgré les poils ?), pour traduire les frémissements de la peau en langage intelligible. 

 

Des personnages- animaux, c'est fait, mais quid d'un écrivain bestial ?