Google Play : partager des livres en famille, désormais possible en France

Nicolas Gary - 28.07.2016

Lecture numérique - Acteurs numériques - Google Play livres - partage famille ebooks - France éditeurs accord


Depuis décembre 2015, Google Play préparait une option de Partage en famille, pour les contenus numériques commercialisés. La solution est désormais appliquée, et les utilisateurs peuvent ainsi, dans le cadre d’un groupe familial, partager les œuvres qu’ils ont achetées. 

 

 

 

Apple et Amazon avaient déjà mis en place une solution de partage familial depuis septembre 2014, respectivement baptisées Family Sharing, et Library Family. Google Play était donc sérieusement à la traîne sur ce principe, pourtant essentiel, de partage non marchand. 

 

Bibliothèque famille, la nouveauté Google Play

 

Retard rattrapé pour la France, l’Australie, le Brésil, le Canada, l’Irlande, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et les États-Unis pour ce qui est des livres. « Lorsque vous achetez des applications, des jeux, des films, des séries TV et des livres éligibles, vous pouvez les ajouter à votre bibliothèque famille », indique la firme. Une petite icône indique l’éligibilité.

 

Deux conditions sont toutefois posées  

 

  • Si l’éditeur d’un livre autorise l’ajout de livres à la bibliothèque famille, vous pouvez partager ce livre avec les membres de votre famille.
  • Vous ne pouvez pas ajouter à la bibliothèque famille d’extraits gratuits, de livres appartenant au domaine public, de documents personnels que vous avez importés, ni de livres que vous avez loués.

 

 

Pour que l’ouvrage numérique soit disponible dans le cadre d’un partage familial, comme ActuaLitté l’avait exposé en décembre, les éditeurs devaient signer un avenant au contrat de commercialisation. Alors, de prime abord, qui s’est donc lancé dans l’opération ?

 

Un premier coup d’œil montre que toute l’édition s’est plutôt ruée sur l’offre : les éditions Eyrolles, Fayard, Bragelonne, ou encore Hugo, Sonatine, L’Archipel et Albin Michel, Belfond, Robert Laffont, Stock, XO éditions, etc., comptent parmi les éditeurs engagés dans le programme. Côté grandes maisons, on remarque que 

 

Max Milo

Actes Sud 

Gallimard

Flammarion

 

ne sont pas encore entrées dans ce modèle. « C’est un sujet qui fait l’objet d’une discussion avec Google, dans le cadre de nos négociations contractuelles, mais qui n’est toujours pas tranché à cette heure », nous précise la maison Gallimard. Côté Actes Sud, on nous précise que « le sujet est à l’étude, auprès de nos services juridiques. Pour l’instant nous tentons de mesurer les implications que cela peut avoir pour les ouvrages et les auteurs ». Mais aucune réticence particulière.

 

Livres de poche et Folio semblent également avoir accepté le principe, pour les maisons poche. L’éditeur 12/21, la branche numérique de Editions Fleuve propose également ses titres – et la plupart des maisons 100 % numérique ont adopté le principe. 

 

Mais l’on retrouve également une offre de bande dessinée éligible au principe de partage Bibliothèque famille. (voir les conditions d’utilisation)

 

Dupuis

Le Lombard

Dargaud

Kazé

Kana

Pika

Glénat BD, 

Glénat manga

Glénat Comics

Urban Comics

Delcourt

Soleil

Sandawe

Ankama

 

Assez logiquement, donc, seul Casterman (filiale de Flammarion et propriété de la holding Madrigall, aka Gallimard) n’a pas pris part à cette nouvelle solution. Si des maisons ont été omises, il ne s’agit pas d’une volonté de la rédaction, il suffira de nous contacter pour que l’on puisse les ajouter.