Judge Dredd condamne les DRM, la sentence est immédiate

Antoine Oury - 28.04.2015

Lecture numérique - Acteurs numériques - 2000AD - éditeur britannique - Judge Dredd


Il est peut-être la loi, mais il vient surtout de décider de lever une mesure de protection et de surveillance électronique. Judge Dredd, comme d'autres titres du catalogue de l'éditeur britannique 2000 AD, sera désormais vendu sans DRM sur les applications iOS et Android de l'éditeur. Sa boutique web en est débarrassée depuis 2005, et l'éditeur « fait confiance à ses lecteurs ».

 

 

Judge Dredd IS the Law at C2E2 2013

(Chris Favero, CC BY-SA 2.0)

 

 

2000 AD est un éditeur historique de comics, au Royaume-Uni, créé à la fin des années 1970. D'abord hebdomadaire avant de devenir maison d'édition, l'éditeur a rapidement enlevé les DRM de ses comics, sur son site web. Pour les applications iOS et Android, toutefois, il restait difficile de s'en séparer.

 

L'éditeur a trouvé une solution en fournissant aux acheteurs de versions numériques, depuis l'application, un lien de téléchargement de l'exemplaire numérique, à l'aide d'un système d'identifiant.

 

« En liant les versions avec un identifiant unique, les lecteurs peuvent désormais profiter de leurs numéros et romans graphiques sur n'importe quel appareil. Nous avons toujours eu confiance en nos lecteurs et rendre nos comics plus ouverts est une façon pour eux d'y accéder plus facilement et plus rapidement », souligne Michael Molcher, responsable des relations presse de la maison. Et ainsi de lire et d'acheter plus, probablement.

 

En France, mais aussi en Allemagne, les verrous numériques ont été dernièrement présentés comme des repoussoirs à lecteurs, car trop compliqués à gérer, voire « des programmes de fidélité pour Amazon »...

 

En tout cas, pour les DRM, la sanction est immédiate...

 

 


La loi, c'est moi ! Et l'ordre ! (Judge Dredd) par Airone1CF03

 

(via The Bookseller)