L'aventure d'un Kindle sous Android, ou le rêve d'Eluard

Clément Solym - 05.04.2011

Lecture numérique - Acteurs numériques - android - kindle - lecture


Il y a eu ce fameux poisson d'avril, évoquant une tablette Android chez Amazon. Pourtant inspiré, puisque motivé par la présence d'un Appstore Android dans la boutique du marchand, outre-Atlantique. Mais ne reposant que sur de la pure spéculation, voire de l'humour, dans le meilleur des cas.

Spéculons, donc de nouveau en choeur, et posons sur la table quelques données, et s'est agité les méninges pour définir l'avenir. Pour l'heure, personne ne sait ce que trifouille Amazon : tablette, pas tablette, Android, pas Android, LCD, encre électronique, voire écran hybride... Le grand flou.

De la tablée, à la tablette...

Cependant, ainsi que nous l'évoquions, il est envisageable qu'avec un appareil plus évolué que le Kindle, Amazon mettrait à mal la suprématie d'Apple sur le secteur. D'abord, sur le catalogue de livres numériques, ensuite sur l'offre de musique, maintenant avec le service de cloud, le marchand de Seattle semble disposer de plus d'arguments que tous les concurrents directs à l'ardoise tactile. (notre actualitté)


Depuis peu, Amazon a même ajouté pour son lecteur ebook une offre de téléchargement de livres audio, via Audiolib, bien que pour l'heure et en raison de la taille des fichiers, cela ne puisse se faire que par voie WiFi.

Alors quid de cette tablette fictive sous Android d'Amazon ? Inventée par Android Police, elle résulte du fantasme plus que de l'assurance d'une information solide.

L'appareil, baptisé Blaze pour l'occasion du canular ne manquait pas d'atours - Kindle, c'est chandelle en anglais, tandis que Blaze signifie flambée... Surtout et particulièrement avec son écran Mirasol, qui manifestement est encore repoussé, comme le précise The Digital Reader.

Mieux : l'appareil semblait disposer de tout ce qui incarnerait le lecteur du moment, celui qui combine le meilleur des deux mondes de l'écran. Déception de la blague ? Faut voir. Après tout, il est un poète qui, bien des années avant que les fusées ne quittent le sol terrestre, avait dit : « La Terre est bleue comme une orange. »

Il avait dû faire bien rire.

Surtout ceux qui aujourd'hui appellent notre globe la planète bleue...

D'ailleurs, il tombe quand dans le domaine public, Eluard ?