L'offre légale pour le livre numérique bien identifiée du public, selon Hadopi

Clément Solym - 29.10.2014

Lecture numérique - Usages - Hadopi livre numérique - France consultation piratage - offre légale consommateurs


Depuis la création de l'Hadopi, note sa présidente, Marie-Françoise Marais, la Haute Autorité « encaisse les coups des uns et des autres, elle subit les caricatures, les lectures tronquées de son action, les annonces de suppression ». Mais l'annonce du bilan 2013-2014 et le 4e rapport de l'Hadopi semblent refléter une certaine tension des 12 derniers mois. 

 

 

Marie-Françoise Marais - Rapport d'activité 2014 Hadopi

Marie-Françoise Marais, présidente de l'Hadopi, lors de la présentation du bilan 2013-2014

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Au cours de l'année passée, l'Hadopi a développé quelques ramifications, encore timides, dans le monde du livre. Cela s'est notamment concrétisé par un partenariat avec le Centre national du livre autour de l'offre légale. Un panorama des sites commercialisant une offre de livres numériques a en effet été exposé en décembre 2013.

 

« Nous voulions voir figurer des acteurs que l'Hadopi risquait de ne pas référencer. Il fallait impérativement éviter de se retrouver avec une offre de librairies en ligne qui serait limitée aux acteurs les plus puissants sur internet », précisait le président du CNL, Vincent Monadé, sollicité par ActuaLitté.   

 

Dans le cadre de ses missions, le site Offrelégale.fr proposer une fonctionnalité permettant aux internautes de signaler un manque dans les offres, et une vingtaine de demandes pour des ebooks a été enregistrée. À ce jour, le livre représente 18 % des plateformes labélisées par l'Hadopi. « Le label est accordé pour une durée d'un an, renouvelable. Le CPI prévoit que la demande de renouvellement du label doit être présentée à l'Hadopi au plus tard trois mois avant le terme de la labellisation, accompagnée d'un dossier qui comprend tout élément nouveau par rapport à celui de la précédente demande. »

 

De même, le livre numérique représente 44,83 % des services culturels recensés, une large domination en regard des autres plateformes. On notera que l'attractivité de l'offre légale des livres est évaluée à 57 sur 100, sur l'échelle d'indice d'attractivité. Cependant, l'ebook reste le dernier produit culturel avec 15 % de fréquence de consommation au mois d'octobre 2013.

 

Autre point à noter : 70 % des clients numériques pour le livre connaissent l'offre légale mise à disposition, avec 28 % qui estiment la maitriser très bien, et 42 %, plutôt bien. À mettre en relation avec les 5 % de répondants qui assurent disposer d'un lecteur ebook – avec 81 % des consommateurs d'ebooks qui résident en province et 19 % en région parisienne.

 

Le rapport est intégralement disponible ci-dessous :