La métaphore du vol n'est pas applicable au piratage

Clément Solym - 04.11.2011

Lecture numérique - Usages - piratage - vol - métaphore


Le piratage est souvent associé à du vol, mais pour le sociologue suédois spécialisé dans les questions juridiques, Stefan Larsson, la métaphore n'est pas heureuse. En effet, elle contribuerait à maintenir un fossé entre la loi et les normes telles que perçues par les individus.

Il a expliqué plus en détail pourquoi la métaphore du vol n'est pas valable, dans sa thèse, qui lui a valu un doctorat, Métaphores et normes, comprendre la loi sur le droit d'auteur dans une société numérique.

 

Selon lui : « la métaphore du vol est problématique dans le sens où l'un des éléments clés du vol est que le volé perd l'objet. Ce qui n'est pas le cas dans le partage de fichiers puisqu'il est copié. Il n'y a pas de perte quand quelque chose est copié, ou la perte est radicalement différente de perdre quelque chose comme son vélo ».

 


Effectivement, l'objet en lui-même n'est pas perdu, et on entendra plutôt parler de ventes perdues. Ainsi, un contenu piraté est qualifié de contenu volé et cela équivaudrait à une vente perdue.

 

Une conception qui n'est pas non plus valable selon Stefan Larsson : « Si l'on suit cette conception, quelques iPods pourraient être évalués à plusieurs millions de dollars et un service de partage de fichiers qui pourrait permettre des infractions au droit d'auteur représenterait plus de valeur que le produit intérieur brut de pays entiers ».

Pour Larsson, le problème vient de conceptions de la réalité radicalement différentes. La perception de la loi et des normes sociales par le public serait différente de ce que dit la loi. Tout cela parce que la loi a intégré cette métaphore du vol dans son processus. Le problème c'est que la loi a trouvé sa légitimité sur des concepts clairement définis et non sur des métaphores.

Enfin, Larsson n'est pas convaincu que le renforcement des lois sur le droit d'auteur soit le bon chemin. S'il concède que le durcissement de certaines lois a permis de changer les comportements, il estime que ce ne sera pas forcement le cas avec le piratage, et que les gens pourraient simplement apprendre à mieux cacher leurs activités (en utilisant des VPN ou des proxies par exemple).