La publicité dans les livres disparaît de Google Books Partner

Julien Helmlinger - 16.04.2013

Lecture numérique - Acteurs numériques - Google - Google Books Partner Program - Acteurs numérique


Comme le rapporte Digital Book World, l'équipe de la société basée à Mountain View a adressé cette semaine une lettre à ses partenaires, pour justifier l'arrêt de son programme destiné à la promotion de livres sur le Web : Google Books Partner. Ce concept, par lequel le géant rétribuait les éditeurs contre l'ajout de publicité en marge des aperçus de livres, n'a visiblement pas su générer des retombées aussi profitables que ce qu'espérait le géant à son lancement. 

 

 

 

 

Il ne s'agit pas de la première mesure, au cours de la dernière année écoulée, par laquelle Google confirme sa politique visant à se débarrasser de toutes ses offres jugées trop peu rentables. Ont été ainsi abandonnés le projet Google Reader ainsi que le partenariat avec les libraires indépendants.

 

Par sa communication, la firme remercie en premier lieu ses partenaires pour leur participation continue au programme. Mais elle annonce ensuite la suppression des annonces textuelles en question, arguant du manque de retombées commerciales que celles-ci ont eues sur les éditeurs participants, ainsi que d'une volonté d'optimiser l'interface de Google Livres.

 

En conséquence, Google invite ses partenaires à mettre à jour ses informations de paiement dans les réglages personnels de l'usager, sur la plateforme, avant le 8 mai prochain. Ceux-ci devraient bénéficier d'un dédommagement reversé par chèque.

 

De quoi raviver les questions tournant autour de cet outil de monétisation des ouvrages en version numérique, alors que l'offre streaming se développe en France. Charles Kermarec, patron des éditions Dialogues et de la librairie du même nom avait pointé un véritable écueil dans cette démarche

 

« Les éditions Dialogues ont publié un ouvrage, Mediator, combien de morts, qui a fait beaucoup de bien à tout le monde, en révélant le scandale de ce fameux coupe-faim. Mais qui imaginerait que nous puissions le commercialiser avec de la publicité - et pourquoi pas de la pub pour les laboratoires Servier, qui sont mis en cause dans l'ouvrage ? Un contenu qui dérange, il est anesthésié, dès lors que l'on introduit de la publicité. Qui vendrait en streaming livre sur la malbouffe avec des pubs McDo ? »

 

Si ce type de programme publicitaire n'est pas en mesure de fonctionner avec la plus importante régie publicitaire en ligne sur internet, difficile de croire que le streaming peut avoir une réelle chance ?