Le livre numérique comme moteur d'alphabétisation au Ghana

Clément Solym - 29.07.2010

Lecture numérique - Acteurs numériques - Afrique - ebook - numérique


« Des livres pour tous ». Une devise de bien des ONG oeuvrant pour l’alphabétisation en Afrique, mais Worldreader veut y associer la technologie. Parce que l’emploi de livres numériques accroît le taux d’instruction, fait particulièrement prouvé au Ghana, l’association a misé sur le Kindle. Un choix qui ne laisse rien au hasard puisque son responsable, David Risher, à conduit le pôle développement d’Amazon.

En mars dernier, Worldreader avait fini une première vague d’expérimentation utilisant une vingtaine de livres numériques d’Amazon dans un village du Ghana. Des résultats qui furent bons selon Risher : « Pendant cet essai, nous avons découvert que le lecteur Kindle et les livres numériques aidaient les jeunes lecteurs à apprendre à lire, motivaient les enfants à lire plus, et donnaient un accès à des centaines de milliers de livres dans un moindre laps de temps et à un moindre coût que les livres imprimés ».

La compilation d’un si grand nombre de titres a été possible grâce à la participation du projet Gutenberg qui a fourni 30.000 livres gratuits à lui tout seul.


L'Afrique, continent massivement couvert par les télécommunications, a permis un accès simple et rapide au livre numérique, malgré une méconnaissance des bénéficiaires dans l’utilisation d’ordinateurs. En effet, les infrastructures qui ont été créées pour les téléphones mobiles peuvent être employées pour la lecture d’ebook.

Des membres de l’association témoignent : « Les Kindles économes en énergies se chargeaient complètement en une heure via des panneaux solaires. Et nous étions capables de télécharger des livres par liaison satellite en 45 secondes. En plus de la couverture mobile ».

« Dans un avenir proche, l’expérience doit être étendue avec l’accord du ministère ghanéen de l’Éducation à 4 écoles soit 366 appareils », a déclaré Susan Moody Prieto de l’organisation.