Les ebooks au Japon, un marché potentiellement énorme

Clément Solym - 11.05.2010

Lecture numérique - Acteurs numériques - marché - ebooks - japon


Alors que les géants américains s'intéressent de près au marché de l'ebook au Japon, les éditeurs japonais semblent plutôt frileux sur ce point. On se souviendra qu'ils étaient réunis en une Association des éditeurs de livres électroniques (ou Nihon Denshi-Shoseki Shuppansha Kyokai) pour avoir plus de poids dans les négociations.

Ont-ils pris peur en voyant les dérives de la vente d'ebooks aux États-Unis avec des prix cassés ? Toujours est-il que les 31 éditeurs regroupés dans l'association (dont en tête de cortège les trois plus gros éditeurs manga Kodansha, Shueisha et Shogakukan) ne comptent pas s'en laisser compter.

Le gouvernement japonais se penche sur la question

Le mois dernier, Mitsuyoshi Hosojima, le directeur de cette association avait déclaré : « Si nous ne pouvons maintenir l'édition de livre papier, nous ne coopérerons pas » ajoutant « et si nous ne fournissons pas de contenus, ils ne seront pas en mesure de vendre des ebooks ». Voilà qui a le mérite d'être clair. Pour autant, il n'est pas question de s'opposer aux ebooks mais il faut que d'un côté la vente de livres numériques leur soit profitable et de l'autre quelle ne casse pas le marché de l'édition papier. Et celui-ci a déjà décliné d'un quart depuis le sommet atteint en 1996.

L'arrivée des ebooks est une affaire prise très au sérieux au Japon et même le gouvernement s'est lancé dans le débat. En mars dernier, le ministre des Affaires intérieures et des Communications, le ministre de l'Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie et le ministre de l'Économie du Commerce et de l'Industrie avaient réuni des auteurs, des éditeurs et des sociétés de télécommunication pour une conférence sur le sujet. Un modèle économique d'édition « à la japonaise » est en cours de réflexion et un rapport sur des questions comme la mise en place d'un standard pour les ebooks devrait être remis fin juin.

Un marché qui attise les convoitises

En 2009, le marché de l'ebook au Japon pesait 53 milliards de yens (environ 441,8 millions €) selon l'institut de recherche Fuji Chimera de Tokyo. Un marché qui est essentiellement composé de manga lus sur smartphones. Si l'on en croit Toshihiro Takagi, de l'Internet Media Research Institute : « L'arrivée d'appareils avec des écrans plus grands comme l'iPad va stimuler la demande de livres numériques ».

Les analystes de Fuji Chimera estiment que cet engouement devrait conduire à une croissance de la demande annuelle pour lecteurs ebooks de l'ordre de 41 milliards de yens (environ 342,4 millions €) et d'ici 2014 les revenus générés par la vente d'ebooks devraient presque doubler pour atteindre les 87 milliards de yens (soit environ 726,2 millions €).

Avec un marché potentiellement si important, on comprend qu'Amazon, Sony, Apple et Google s'y intéressent. On le sait Amazon est en discussion avec un certain nombre d'éditeurs dont la Kodansha tout comme Sony, afin de lancer des lecteurs ebooks au Japon (il faudra donc qu'ils reconnaissent les caractères d'écriture japonais). Apple de son côté n'a pas voulu communiquer sur ce point. On notera tout de même que de par sa politique Apple pourrait se priver d'une bonne partie de la production manga.