medias

Librairies en ligne : champ de bataille autour des remises sur les livres

Antoine Oury - 01.08.2013

Lecture numérique - Acteurs numériques - Amazon Overstock - Barnes & Noble - guerre des prix


Dans ses utilisations à des fins commerciales, le Web est un champ de bataille particulièrement propice aux massacres en tout genre, sur un plan tarifaire. La pratique du dumping, rendue populaire par Amazon, s'est désormais généralisée à d'autres sites de e-commerce, concurrence oblige. Et cette dernière fait rage, à coup de promotions toujours plus agressives, dans les pays anglophones.

 


Publicité affichée par le site Overstock : « 10 % de moins sur les prix d'Amazon »

 

 

Le PDG de la société Overstock, site de e-commerce américain, avait fourbi ses plans et mis en ordre son armée d'arguments commerciaux : « S'ils proposent un livre à 10c, nous le proposerons à 9 » lançait Patrick M. Byrne en début de semaine. Quelques jours auparavant, son site avait lancé une large opération de communication autour de la publicité ci-dessus, annonçant des prix directement calqués sur ceux d'Amazon.

 

Toujours présentée sur le site, la bannière a été suivie d'effets, plutôt rapides : dès le lendemain, Amazon revoyait ses tarifs pour qu'ils correspondent à ceux d'Overstock, baissés sur près de 360.000 références d'un coup... Et le site de e-commerce concurrent de diminuer à nouveau ses prix, afin de repasser en tête : les livres vendus sur les sites de e-commerce restent d'excellents produits d'appel, qui pourront conduire vers des ventes et un trafic supplémentaires.

 

Inferno, le dernier best-seller de Dan Brown, a fait partie des victimes : initialement vendu pour 29,95 $, il atteint désormais le tiers de son prix, à 10 $ et quelques. Si bien qu'il n'est même besoin d'attendre la sortie en poche pour dépenser moins... Et les promotions s'étendent à toute l'édition, à l'instar des romans graphiques : The Walking Dead, Batman ou Calvin et Hobbes s'échangent à peu de frais, minimum 50 %.

 

La concurrence libre et non-faussée

 

Overstock opère sur le milieu du livre depuis près de 10 ans, et ce type d'opération veut bien entendu attirer le projecteur public vers un vendeur de livres autre qu'Amazon sur le Web. Mais les rabais illimités sur les livres sont également une donne nouvelle, autorisée par le verdict du Department of Justice sur l'entente autour des prix du livre numérique mise en place par Apple et quelques éditeurs. Les nouvelles conditions commerciales du Department of Justice imposent certes quelques limites, mais ouvrent surtout la porte à une compétition renouvelée.

 

Dans le cadre du nouveau contrat, qui répartissait en 70 % du prix pour l'éditeur et 30 % pour le revendeur, lesdits 30 % disparaissent donc, et les libraires en ligne peuvent alors jouer sur cette marge pour attirer le chaland. Cependant, le montant total des remises, sur une période de douze mois, doit être inférieur ou égal à la commission totale provenant des ventes de l'éditeur. 

 

La plupart de ces acteurs du e-commerce sont internationaux, et la tache d'huile bon marché aura tôt fait de s'étendre : au Royaume-Uni, la version britannique et en ligne de la librairie Barnes & Noble a tiré les prix la première, avec des livres sous la barre... de 1 £. Sans surprise, Amazon a suivi le mouvement.

 

Évidemment, la période estivale y est aussi pour quelque chose dans cette vague de fonte des tarifs...