Livre numérique en France : la confiance de Hachette pour 2012

Clément Solym - 02.12.2011

Lecture numérique - Acteurs numériques - France - marché - livre numérique


A l'occasion du Sommet Reuters sur les médias, Arnaud Nourry, grand patron de Hachette Livre a pu intervenir sur le devenir du livre numérique en France. Une certaine démonstration de confiance, pour un secteur qui devrait gagner du terrain dans les mois à venir.


Hachette n'annonce pas une nouvelle publication révolutionnaire, mais le PDG de la société aux ramifications internationales voit clairement le secteur du numérique prendre son envol très rapidement. « Je ne vois pas pourquoi les lecteurs français ne voudraient pas lire en numérique (mais) je pense également que cela se fera lentement et peut-être pas au même niveau que les autres marchés », explique-t-il.

 

Si les ventes ne seront pas à la hauteur de ce que le Royaume-Uni, et dans une tout autre mesure, les États-Unis peuvent connaître, Arnaud Nourry estime que le premier semestre 2012 marquera un véritable changement. Ou tout du moins, « les premiers signes d'un décollage du marché du livre numérique en France », rapporte l'agence Reuters..

 

 

Une situation rendue possible tout d'abord par l'offre en matière d'appareils de lectures - lecteurs ebook, à écran noir et blanc, ou tablettes - mais également par la législation à venir. En effet, pour l'heure, le livre numérique est taxé à 19,6 %, et à compter du 1er janvier, passera à 7 %.

 

Une transition impérative, comme le rappelait Jacques Toubon, puisqu'elle permettra, tout d'abord une baisse des prix de vente. « Avec une TVA de 20 %, on n'y arrivera pas », soulignait-il. En revanche, si l'on est capable de gagner 13 %, en revanche, les services pourraient profiter au consommateur, tout en assurant une croissance et des revenus pour l'État.

 

Cette question de TVA ne fera pas exploser le secteur pour autant : Arnaud Nourry projette que les parts de marché de l'ebook pourraient atteindre 3 à 5 % l'an prochain et 15 % d'ici trois ans. Cependant, non sans humour, il n'envisage pas que l'on puisse atteindre les 30 % avant qu'il ne prenne sa retraite.

 

C'est qu'en France demeure un réel attachement au livre en tant qu'objet note-t-il. Une habitude de consommation qui ne change pour autant pas la donne : le marché français pour le livre numérique reste extrêmement prometteur...