MOOC : Google au lancement d'un Youtube des cours en ligne

Julien Helmlinger - 19.02.2014

Lecture numérique - Acteurs numériques - Google - MOOC - Formation


Anant Argawal, pré­sident de la plateforme d'apprentissage edX, versant dans les MOOC (Massive Open Online Courses, ou cours en ligne ouverts), a annoncé le lan­ce­ment à venir d'un « Youtube des cours en ligne » avec Google pour partenaire. Tandis que 2014 pourrait bien être l'année du boum pour cette pratique d'enseignement, le mouvement devrait permettre à chacun de diffuser ses propres cours. Pour le meilleur comme le pire ?

 

 

 

 

Anant Argawal est également pro­fes­seur d'électronique au MIT en plus d'être pré­sident pour edX. Il explique que le nouveau site web, mooc.org, s'adresse à tout « indi­vidu, orga­ni­sa­tion, entre­prise, asso­cia­tion », pour lui permettre de « pos­ter en ligne son MOOC », contrai­re­ment à edX, qui « res­tera limité aux contri­bu­tions issues des uni­ver­si­tés ».

 

Le service en ligne Mooc.org sera basée sur la tech­no­lo­gie open source d'edX, déjà mise à profit entre autres par la plateforme de cours en ligne ouverts France Université Numérique (FUN).

 

Par ce lancement, les deux partenaires devraient faire fondre la « bar­rière à l'entrée tech­no­lo­gique », estime Matthieu Cisel, doc­to­rant sur les MOOC. Car si l'installation complexe de la tech­no­lo­gie edX néces­siterait une bonne maî­trise des codes infor­ma­tiques et des lan­gages de pro­gram­ma­tion, Mooc.org viendrait sup­primer cette dif­fi­culté.  

 

Pour le spécialiste, Mooc.org va désormais permettre « à tout un cha­cun de lan­cer 'gra­tui­te­ment' son cours avec la tech­no­lo­gie Open edX, ou en par­ta­geant avec Google si le ser­vice est payant ».

 

Le professeur Armando Fox, pro­fes­seur à l'université de Californie-Berkeley, celui-ci pronostique que, « comme sur YouTube, même si une grande par­tie de ce qui sera publié peut être médiocre, il y aura aussi pro­ba­ble­ment de véri­tables joyaux. Mooc.org peut don­ner la parole à des ensei­gnants extra­or­di­naires qui, autre­ment, n'auraient peut-être pas été connus en dehors de leurs uni­ver­si­tés d'origine ».


Le service devrait être officiellement mis en orbite au cours du pre­mier semestre 2014.