Partage et piratage : changer Internet ou le modèle économique ?

Clément Solym - 14.02.2013

Lecture numérique - Usages - piratage - partage - livre numérique


Quand Cory Doctorow s'exprime, on ferme les yeux, et on écoute. Présent à l'occasion du Tools Of Change, son avis en tant que spécialiste de l'autoédition, que l'on retrouve parfois dans le site Boing-Boing, il est l'un des ardents combattants des DRM dans les fichiers numériques. En marge de sa conférence, Cory a fait quelques déclarations, une fois encore passionnantes.

 

 

Pirate Guy

Apprendre à parler la langue des pirates ?

 mr.throk, (CC BY SA 2.0)

 

 

« Dire que le piratage est inacceptable, c'est comme dire que la gravité provoque des maux de dos. Il y a une différence entre le problème et le fait. Vous pouvez dire que la Terre n'a que 5000 ans d'existence, mais si vous voulez faire de l'argent et réussir dans l'industrie pétrolière, il faut creuser à des endroits où la Terre a quatre milliards d'années. » On comprend clairement l'enjeu...

 

Et Cory de poursuivre : « Vous pouvez soutenir mordicus qu'il est incroyablement mauvais que les gens piratent des choses, mais il n'existe aucun avenir dans lequel Internet ne permettrait pas de partager des choses. Il n'y a pas de théorie pratique pour réduire le piratage sur internet qui ne soit pas issue d'une personne cherchant à vous vendre quelque chose. » 

 

La différence essentielle donc, entre le piratage et ses conséquences - le problème et les faits - c'est que dans un cas, il faut tenter de résoudre le problème, dans l'autre, essayer de répondre à une situation, explique Doctorow. Et dans le cas de la lutte contre la contrefaçon, les méthodes mises en place par les maisons d'édition, passent par les DRM jusqu'au watermarking chez Pottermore. 

 

Autant d'outils qui soit empêchent clairement le partage, soit font en sorte que l'internaute hésite à partager, son nom étant manifeste sur le livre numérique. Autant de méthodes qui ne vont pas dans le sens de ce que peut être le monde virtuel, et ne s'inscrivent que dans une logique de répression. 

 

L'enjeu est donc de traiter le piratage comme un obstacle à contourner, et sûrement pas comme un roc posé devant la route, qu'il faut tenter d'éradiquer, pour continuer son chemin. Et pour le contourner, la méthode est simple : elle passe par de nouvelles solutions de commercialisation, de nouveaux modèles économiques. Qui s'ancrent dans la réalité du net.

 

Parce qu'une chose est certaine : Internet ne changera pas sa vocation première, qui est le partage.