Rentrée littéraire : La fashion week des libraires


L'éditeur Bloomsbury vient de signer un contrat avec la start-up Perlego : à la clef, 7 000 ouvrages scolaires et académiques, rendus disponibles sur une plateforme numérique, vaste catalogue auquel on peut avoir accès contre un abonnement abordable. Et si les étudiants y trouvent leur compte, c'est aussi le cas de la dizaine d'éditeurs déjà partenaires du projet : ils pourraient trouver le moyen de se réconcilier avec leurs lecteurs se plaignant du tarif des manuels scolaires.

 


 

Perlego, plutôt pratique pour les étudiants et les universitaires : cette nouvelle entreprise qui se décrit comme un Spotify des manuels permet, contre inscription, d'accéder à des milliers de titres différents. Bloomsbury vient de signer un contrat avec la jeune plateforme pour lui fournir plus de 7 000 manuels.
 

C'est en tout plus de 50.000 ebooks et 80.000 publications que propose Perlego, à raison de 12 £ par mois. Et on y trouve de tous les sujets et de tous les éditeurs : Bloomsbury rejoint ainsi les étagères numériques du catalogue de la plateforme aux côtés d'Oxford University Press, Wiley ou Palgrave. Un partenariat qui s'inscrit dans la stratégie de l'éditeur qui consiste à augmenter ses revenus dans le numérique d'ici à 2020.
 

Oliviero Muzi Falconi, fondateur de Perlego, explique au Bookseller tous les avantages que leur confère ce nouveau contrat passé avec l'éditeur : « Bloomsbury permettra à Perlego de renforcer son catalogue sur des sujets comme la théologie ou l'étude cinématographique, et agrandir notre bibliothèque en livres de droit, de philosophie ou de politique, sujets dans lesquels nous possédons déjà une grande partie des manuels étudiés dans les universités du Royaume-Uni. »
 

Pari réussi pour cette start-up fondée en août 2016 et lancée sur le web en janvier 2017. Aujourd'hui, Perlego propose l'ensemble des publications de Palgrave, la collection « Pour les nuls » éditée par Wiley ou encore des guides américains comme la collection CliffsNotes de Houghton Mifflin Harcourt. Économie, science, business, informatique... Nul doute que l'étudiant fauché trouvera son bonheur.

 

Et Perlego a la main sur le cœur, puisque l'entreprise verse 65 % de ses revenus aux éditeurs, pour n'en garder que 35 %. L'affaire doit donc être lucrative, malgré une activité qui commence à se répandre : la plateforme Bibliotech avait sorti une application en octobre dernier sur le même principe, avec d'autres publications des mêmes éditeurs.

 

LendStudy pirate des manuels trop chers pour les étudiants


Un accès à des milliers d'ouvrages à prix abordable qui contente toutes les parties : peut-être même les éditeurs tiennent-ils là la solution pour enfin contrer les pirates de manuels scolaires...

Via The Bookseller