Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Piratage et contrefaçon : Google revendique ses progrès

Clément Solym - 05.09.2011

Lecture numérique - Acteurs numériques - pirater - google - resultats


Le moteur de recherche ne cesse donc de communiquer sur le sujet : la lutte contre le piratage d'oeuvres est devenue son fer de lance, voire son fonds de commerce. Et d'affirmer que les progrès sont permanents...

Depuis décembre 2010, Google a en effet annoncé de multiples mesures destinées à enrayer l'apparition de liens et pages dans ses résultats, qui pointeraient vers des sites contrefaisants. De même, sur YouTube, la politique de suppression de vidéos enfreignant le droit d'auteur s'est durcie. Des mesures destinées à calmer les uns et les autres qui accusaient le moteur de faire le jeu des pirates.


Ensuite, il y avait la volonté exprimée de Google de se conformer au Digital Millenium Copyright Act. Et de ce côté, la firme de Mountain View a également fait des efforts. Tout contenu signalé comme une violation du droit d'auteur doit pouvoir être supprimé dans les 24 heures. Et Google explique avoir mis à disposition, pour tous les éditeurs de contenu, des outils adaptés par lesquels plus facilement signaler une telle violation de droits.

Dernièrement, c'est ainsi un outil de lutte contre le scraping qui a été mis en place. Il permet à un éditeur de contenu textuel originel de signaler la reprise abusive de l'un de ses textes. (voir notre actualitté)

De même, l'utilisation des Google AdSense, les publicités commercialisées par le moteur sont désormais mieux surveillées, et il serait par exemple impossible - ou très difficile - d'acheter le nom Gallimard pour faire la promotion des livres d'un autre éditeur.

Enfin, les recherches suggérées par le moteur ont été améliorées. Les mots qui apparaissent pour tenter de devenir à l'avance les envies de l'internaute cadrent mieux avec les nécessités de respect des droits d'auteur...

Plus d'informations sur le Public Policy Blog de Google.