Pour donner le change au Web, Michelin s'offre un service de réservation

Antoine Oury - 12.01.2016

Lecture numérique - Acteurs numériques - Michelin guides restaurant - Bookatable acquisition - start up Zagat


Les étoiles décernées par Michelin en mettent toujours plein les yeux, mais elles sont désormais quelque peu voilées par la concurrence, que l'on songe à TripAdvisor ou La Fourchette. Pour ne pas céder du terrain, Michelin annonce l'acquisition de la start-up londonienne Bookatable, avec laquelle elle avait développé un partenariat depuis 2013. Cette société est spécialisée dans la réservation des bonnes tables, et intégrera les services Michelin.

 

Grefsenkollen restaurant

(Jørgen Schyberg, CC BY-NC-ND 2.0)

 

 

Plus que tout autre secteur de l'édition, les guides de voyage ont du faire face à la concurrence d'Internet : si la gastronomie compte beaucoup sur les marques historiques, de Michelin au Zagat, mais elle s'est aussi fait rattraper par le user generated content, les critiques et commentaires rédigés par les clients eux-mêmes.

 

Le site web de Michelin n'échappe pas à la règle, avec l'affichage des « avis des clients ».

 

Sur le web, le service est roi, et Michelin, avec Bookatable, évitera que les internautes ne quittent sa plateforme, avec de grandes chances pour ne plus jamais y revenir. La start-up fonctionne avec 15.000 restaurants et bientôt plus, si l'on compte sur la réputation préservée de la marque Michelin.

 

L'environnement est ultra-concurrentiel, d'autant plus que le secteur de la gastronomie ou, plus simplement, de la table, est particulièrement convoité : en 2011, Google avait fait l'acquisition du prestigieux Zagat, pour une broutille : 151 millions $. Le tout pour améliorer ses résultats de recherche, évidemment.

 

« Les consommateurs attendent un usage pratique de leur compagnon de voyage numérique, plus qu'un simple fac-similé de la version papier : parfois, la meilleure technologie reste l'encre sur le papier », expliquait Georgina Dee, directrice éditoriale de Rough Guides, pour expliquer la survie des guides de voyage papier. La Fourchette, née sur Internet, a elle aussi sorti son premier guide des restaurants au format papier, dès la mi-2014.

 

Une stratégie inattendue, mais finalement logique, embrassée par le site Marmiton, en 2012, et poursuivie depuis avec la publication de livres de recettes, en partenariat avec les éditions Play Bac.

 

Preuve que le format physique a encore de l'avenir, tant qu'il s'allie avec les bons services...

 

 

(via Rude Baguette)