Rakuten propulse Kobo sur le marché japonais

Clément Solym - 03.07.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - Kobo eReader - Rakuten - sortie Japon


Kobo a choisi le Japon pour la période estivale : son reader sera disponible dès le 19 juillet prochain dans l'archipel, et débarque dans un marché du livre numérique au potentiel évident, mais qui peine encore à décoller. Le PDG du groupe a parlé d'une « révolution », tandis que Mike Serbinis, « notre valeureux directeur » sillonne le pays pour présenter l'appareil.

 

 

 

 Kobo débarque alors que ses concurrents sont déjà présents sur le marché japonais depuis un moment : Sony, Fujitsu, Sharp ou encore Amazon ont déjà déplacé leurs pions, mais aucun d'entre eux n'a jusqu'à présent réalisé un coup de maître. En effet, malgré la réputation de technophiles des Japonais, les liseuses ne fleurissent pas vraiment sous les cerisiers : les Japonais sont plus enclins à lire sur leurs téléphones portables, et on chuchote qu'il s'agirait surtout de mangas érotiques...

 

Les précommandes du Kobo sont ouvertes depuis hier, et la machine sera dans les devantures physiques ou numériques dès le 19 juillet pour un prix de 7,980 ¥, soit 80 €. Ce prix très bas constitue l'un des principaux arguments de vente, sans oublier la refonte complète du firmware de la machine, afin qu'elle puisse afficher les EPUB 3, et donc les idéogrammes japonais. L'offre en ebooks japonais sera limitée à 30.000 titres pour le lancement, mais la société promet un catalogue enrichi pour la fin de l'année, « avec des contenus uniquement disponibles sur Kobo ».


« Je veux révolutionner la lecture au Japon et dans le monde avec Kobo » a déclaré le PDG de Rakuten Hiroshi Mikitani en guise de commentaire. Une révolution, peut-être, mais Rakuten s'est clairement calé dans le sillage d'Amazon pour définir sa stratégie : des prix les moins élevés possible, et surtout une politique d'optimisation fiscale qui a peu à envier à celle du site de e-commerce américain. (voir notre actualitté) Par ailleurs, le contenu acheté pour le Kobo sera lisible sur iOS et Android via des applications dédiées.


Les acteurs locaux s'inquiètent d'ailleurs de l'arrivée pratiquement simultanée de Kobo et d'Amazon sur le marché, qui laisse peu de place aux initiatives spécifiquement japonaises.