Depuis 2015 et l’apparition de livres audio dans son catalogue, l’offre de Scribd n’a cessé d’évoluer, vers un modèle plus restrictif. Déjà l’introduction des audiobooks limitait les utilisateurs à 1 titre par mois. Mais la grande mutation fut la fin de l’abonnement illimité, au profit d’une solution par crédit de lectures. Avec le numérique, rien n’est jamais gravé dans le marbre...



 

 

En février 2016, Scribd, pourtant chantre de l’illimité, changeait son fusil d’épaule : le tarif mensuel ne bougerait pas, établi à 8,99 $, mais pour préserver sa trésorerie, l’opérateur basculait vers un modèle très limité. En effet, la romance avait déjà mis à mal son fonctionnement économique, obligeant à supprimer certains titres du catalogue, trop sollicité. Un problème de surconsommation que provoquaient des lecteurs très gourmands...

 

Pour le même tarif, on accédait alors à 3 ebooks et un audiolivre – ce qui répondait par ailleurs à une habitude de consommation observée par la société. 

 

Mais son PDG, Trip Adler, vient d’expliquer que, ce 6 février, les abonnés retrouveraient l’offre illimitée, du fait des excellents résultats enregistrés en 2017. Plus de 50 millions $ de chiffre d’affaires l’an passé et 700.000 abonnés payants permettent en effet ce retour à l’accès initial. Selon les données qu’avance le PDG, l’entreprise recrute 50 % de clients par an. 

 

Pour autant, les contrôles subsistent : même si Scrid reprend son précédent modèle illimité, les clients trop gourmands seront surveillés du coin de l’œil. Et des mesures interviendront pour limiter l’accès aux titres les plus chers et les plus populaires. 

 

Streaming : Les évolutions de Scribd ne font pas l'unanimité
 

« Nous sommes rentables, ce qui nous permet de revenir au modèle original et de continuer », assure Trip Adler. Pour 2018, cette rentabilité sera moindre, et en attendant de parvenir à stabiliser pleinement le fonctionnement, les abonnés vivront avec cet outil de mesure. 


En novembre 2016, Scribd avait su se renouveler en ajoutant des magazines et de la presse à son offre globale, parvenant ainsi à couvrir l’ensemble des champs actuels. Même les comics avaient fini par faire leur apparition – avant de disparaître, quelques semaines plus tard. 
 

 

via Publishers Weekly




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.