Story Surgeon, l'application qui remet en cause l'intégrité de l'oeuvre

Antoine Oury - 24.01.2014

Lecture numérique - Législation - application - Story Surgeon - Kickstarter


Story Surgeon, soit « Chirurgien de l'histoire », se présente comme une application révolutionnaire, et son créateur entend bien obtenir les fonds nécessaires à son développement, via Kickstarter et la générosité des internautes. Son projet a reçu un coup de pub inespéré lorsqu'un auteur a dénoncé un outil qui permettrait de contourner le copyright, et de spolier les auteurs. Story Surgeon permet en effet de modifier un ebook, et de partager ces modifications avec d'autres lecteurs.

 

 

Un lecteur, ou un auteur ?

 

 

L'application a été présentée sur le blog Writer Beware, et pas sous son meilleur jour : « Une app pour contourner le copyright », annonce le post. Victoria Strauss, auteure, s'inquiète des effets de l'application sur son oeuvre. Story Surgeon facilite en effet la modification du texte d'un ebook, offrant même la possibilité de créer des « filtres » qui modifieront d'un seul clic toute une classe de mots dans un texte. Mais, surtout, Story Surgeon offre la possibilité de partager cette nouvelle version avec tout possesseur du livre original.

 

Ensuite, les avis et les interprétations divergent : tandis que les auteurs s'effraient logiquement de cette perte de l'intégrité de l'oeuvre, les défenseurs de l'application lui opposent le fair use, une exception au copyright qui légalise les modifications effectuées dans le cadre privé. Par ailleurs, si les modifications ne peuvent être partagées qu'avec des possesseurs du livre original, ces derniers ont logiquement déjà acheté l'ouvrage.

 

Par ailleurs, en comparaison aux possibilités laissées avec un livre papier, il devient évident que Story Surgeon ne fait qu'autoriser sur un fichier numérique ce qui est possible avec un livre traditionnel : qui empêche un lecteur de biffer, corriger ou découper son livre papier, avant de le donner à son voisin ? Une décision du Congrès américain, le Family Home Movie Act, en 2005, autorisait l'existence et l'usage d'applications audiovisuelles qui permettent d'expurger un programme audiovisuel des mots un peu trop fleuris.

 

C'est d'ailleurs sur cette fonctionnalité que le créateur de l'application appuie sa défense : dans un post sur son blog, il explique que son père lui a demandé pour quelle raison il s'acharnait, alors qu'il risquait une procédure légale contre son projet. Ryan Hancock répond qu'après lecture de The Wise Man's Fear, de Patrick Rothfuss, il s'est retrouvé face à un dilemme : « Ce livre a créé un conflit entre mon amour pour la littérature et mon amour pour les enseignements de Jésus-Christ. »

 

Et oui : Hancock a eu l'idée de Story Surgeon pour censurer les ouvrages de leurs mots grossiers, avant de les partager avec sa communauté, expurger des mots tentateurs. Un usage qui peut faire sourire les mécréants, mais qu'Hancock soutient mordicus. 

 

Quoiqu'il en soit, et même si l'application ne rencontre visiblement pas un succès extraordinaire sur Kickstarter, elle pose à nouveau la question de l'intégrité de l'oeuvre. En France, elle est protégée par le droit d'auteur, mais les usages pourraient bien s'en accommoder, comme le prouve le remix dans le domaine de la musique. Certains auteurs ne se sont d'ailleurs pas opposés au remix de leurs textes, de Bernard Werber à Pouhiou.