Un Kindle offert pour l'achat d'un épilateur : envie de se faire tondre ?

Clément Solym - 06.05.2014

Lecture numérique - Lecteur eBook - épilation - Braun - Kindle


Les internautes sont toujours amateurs de promotions, et d'offres de remises en tous genres. Si, si. Au point que les marques n'hésitent pas à jouer l'alliance de la carpe et du lapin, pour encourager les consommateurs à se précipiter. En l'occurrence, ce sont plutôt les consommatrices à qui la marque Braun fait du pied. Mais un pied lisse comme de la peau de bébé. 

 

 

 

 

Le site Club promos a été particulièrement vigilant : du 4 au 24 mai, toute femme qui décidera d'acheter un Braun Silk Epil 7 Skin Spa 7-979, un modèle d'épilateur électrique dernier cri, un Kindle sera offert. « Pour bénéficier de cette offre, il vous suffit d'ajouter à votre panier l'épilateur Braun Silk Epil 7 Skin Spa 7-979 et la liseuse Kindle 6" ci-dessous, en cochant la case en haut à gauche de l'image de chacun d'entre eux. Le prix de la liseuse Kindle 6" sera automatiquement déduit de votre panier d'achats lors de la validation de votre commande », assure Amazon. 

 

Parce qu'évidemment, c'est sur le site d'Amazon qu'une pareille promotion a vu le jour. Attention, mesdames, seuls 200 Kindles sont proposés, avec l'offre d'épilateur.  

 

L'idée semble certes saugrenue - depuis les couloirs de la rédaction, on a bien entendu quelqu'un crier : « C'est débile, je ne pourrais pas m'épiler et lire en même temps. » Juste. Et d'autant plus que c'est le modèle d'entrée de gamme du Kindle qui est proposé - sans écran tactile, ni rien du tout. 

 

Cependant, les femmes sont traditionnellement de plus grandes lectrices que les hommes, et les différentes études au cours de ces dernières années, ont montré que les femmes privilégient également, pour la lecture numérique, les appareils à base d'encre électronique. Autrement dit, les lecteurs ebook. Or, cela vaut principalement pour les États-Unis.

 

Une étude Ipsos de mars dernier a montré que si les femmes lisent plus que les hommes, elles privilégient le format papier, à 57 %, et ne sont que 45 % à lire en numérique. Contre 55 % pour les hommes. Mauvaise cible, donc ?