Un libraire accusé de vendre des câbles USB défectueux

Antoine Oury - 20.10.2015

Lecture numérique - Lecteur eBook - Barnes & Noble - câbles USB Nook - défaut de fabrication


La chaîne de librairies américaine Barnes & Noble n'a pas vraiment un bon karma avec la lecture numérique : malgré des machines à la pointe il y a quelques années, B&N n'a jamais vraiment réussi à imposer sa gamme d'appareils Nook, et certains investissements lui coûtent cher. Une cliente mécontente vient d'attaquer la chaîne, en assurant que Barnes & Noble écoule des câbles USB défectueux avec ses appareils.

 

Blanche Walsh as Juliet, with her NOOK Color eReader

(Mike Licht, CC BY 2.0)

 

 

La class action a été déposée le 7 octobre dernier devant la Cour du district Est de Pennsylvanie, sous la référence 5:15-cv-05513 : Michelle Hainley, à l'origine de la plainte, dénonce des violations des garanties express et implicite de la part de Barnes & Noble, considérant que ce dernier aurait fourni avec ses lecteurs ebook et tablettes Nook des câbles USB défectueux.

 

Hainley aurait été concerné par ces câbles défectueux dès décembre 2011, date à laquelle elle achète une tablette Nook. Selon elle, Barnes & Noble était au courant des défauts des câbles USB fournis, étant donné le grand nombre de plaintes de consommateurs reçues. D'après Hainley, les câbles de remplacement étaient aussi défectueux que ceux d'origine, et ne fonctionnaient pas plus d'une année. Par ailleurs, le câble fourni avait tendance à s'effilocher et à devenir défectueux après quelques heures de charge.

 

Ces problèmes techniques concernent le Nook Color et le Nook Simple Touch et les chargeurs muraux et destinés aux véhicules, précise la plainte. Hainley ajoute par ailleurs que « les autres chargeurs du marché ne fonctionnent pas bien avec le Nook ». Autrement dit, à moins d'acheter encore et encore le même câble, l'appareil devient vite inutilisable. 

 

La procédure de class action permettra « à des centaines ou des milliers » de résidents de la Pennsylvanie d'obtenir des réparations de Barnes & Noble, affirme Michelle Hainley. La chaîne de librairies n'a pas commenté l'information.

 

(via Penn Record, Law 360)