Un livre parle de son enfance pétrie du monde de Star Wars

Clément Solym - 27.12.2012

Lecture numérique - Usages - Star Wars - livre autoédité - mémoires


Des galaxies ont été détruites par les forces obscures de l'Empire pour moins que cela et avec moins de raisons encore que celles évoquées. Un livre de mémoires portant sur l'univers Star Wars, A Long Time Ago: Growing up with and out Star Wars, autoédité, a connu un petit aller-retour dans les colonnes d'Amazon. Supprimé puis revenu, le livre est devenu la star de l'actualité. 

 

 

 

 

Peut-on écrire sur l'univers de Star Wars sans risquer d'avoir George Lucas sur le dos, ses avocats avec et plus fort encore, ceux de Disney, qui a racheté l'univers à son créateur récemment ? Pour Gib van Ert, auteur du livre, la question ne s'est pas posée bien longtemps : selon les conditions de commercialisation d'Amazon, son ouvrage devrait obtenir l'autorisation de Lucasfilm pour exploiter même une simple partie de la licence mondiale et surprotégée que représente Star Wars. 

 

Dans ce texte autobiographique, l'auteur se penche pourtant sur le monde et son enfance, pétri de références à Star Wars, une marque déposée avec laquelle Amazon ne veut pas prendre le risque de jouer.

 

De quoi énerver l'auteur, puisque Star Wars, ainsi qu'il le démontre dans son livre, appartient à la pop culture au même titre que Marylin Monroe ou Superman, et qu'interdire la commercialisation d'un ouvrage sur ce sujet, ce serait plutôt faire mauvaises presse à Lucasfilm. Qui dans l'absolu n'a plus besoin de presse du tout, mais tout de même. 

 

Infraction au droit d'auteur était la solution à privilégier cependant, bien que les emails d'explications envoyés par Amazon furent restés vagues, assure Gib. « C'est un argument de fou - Star Wars est un phénomène populaire massif, culturel et générationnel, comme mon livre tente de l'expliquer au travers d'un récit personnel. » Surtout que, seule la version numérique a été supprimée et que le texte, en print of demand, était toujours disponible...

 

Après tout, ce sont probablement les outils de détection de livres qui contreviendraient réellement au copyright, qui ont fait un peu de zèle : quelques heures après le déclenchement de la polémique, dans un billet de son blog, l'auteur a vu le livre revenir dans les étals. Mais après plusieurs mois de mise en vente du livre, difficile de comprendre ce qui a réellement pu se passer...

 

La politique du Kindle Direct Publishing montre une fois de plus quelques limites, évidentes, mais tellement prévisibles...