Salina : la femme maudite devenue légende

Maxim Simonienko - 14.12.2018

Livre - laurent gaudé conte - salina trois exils - actes sud


À la croisée du Soleil des Scorta et de la Mort du roi Tsongor, Laurent Gaudé revient en librairie avec une nouvelle héroïne : Salina, la mère aux trois fils, la femme aux trois exils. À travers son histoire, le lauréat du prix Goncourt 2004 célèbre plus que jamais la magnificence de la culture orale.
 


Du fond d’une barque, Malaka, « fils d’une longue chaîne de voix », se voit léguer la lourde tâche de raconter à un passeur la vie de sa mère, Salina, une vie qu’il ne connaît qu’ « en désordre, par morceaux ». Il ferme les yeux, se concentre, rassemble ses souvenirs, et devient un conteur. Lui, le dernier fils de Salina, avec la puissance du verbe, se promet de transformer cette femme maudite en légende afin de lui donner enfin le repos.
 

Et pour la première fois, il essaie d’envisager la vie de Salina comme une histoire qu’il aurait à raconter. […] Et c’est comme si, tout à coup, un autre monde surgissait dans la douceur du soir, un monde sec, aride, fait de sang, de blessures, et empli de l’odeur épaisse des hyènes.


L’histoire de Salina, « la femme aux trois exils, celle qui eut un fils haï, un fils de colère et un fils pour tout racheter, Salina, la femme salée par les pleurs, condamnée à naître et à mourir en marchant dans des terres inconnues », commence dans un cri venu des montagnes. Un homme mystérieux dépose un bébé, bruyant, à l’entrée du village dirigé par les Djimba. Immobiles, les habitants contemplent et subissent les hurlements de cet enfant, arrivé de nulle part, résistant aux rayons brûlants du soleil et attirant les hyènes.

Sauvée et élevée par Mamambala dès son plus jeune âge, elle découvre rapidement, dès « ses premiers sangs », les devoirs imposés à une femme du village. Les larmes de la passion, la douleur de l’exil, la colère née de la vengeance, l’amour filial… Le récit de la femme « au visage de pierre » est une tragédie moderne, la quête d’un être blessé, qui hurle en silence pour combler le vide de la privation.

La langue de Gaudé, vibrant à travers Malaka, est une caresse sur nos âmes de lecteurs. Elle devient un chant d'espoir, pour toutes les femmes brisées, soumises et humiliées. C’est un texte où « tout s’achève et tout commence en même temps ». A lire à haute voix en attendant les fêtes.

Laurent Gaudé - Salina : les trois exils - Actes Sud - 9782330109646 - 16,80 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.