Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Affaire Van Gogh : les Éditions du Seuil veulent obtenir “réparation du préjudice”

Antoine Oury - 19.12.2016

Edition - Les maisons - Affaire Van Gogh - Éditions du Seuil Van Gogh - Bogomila Welsh-Ovcharov


L'affaire Van Gogh, nouvel épisode : les éditions du Seuil ont publié le 17 novembre 2016 Vincent Van Gogh, le brouillard d’Arles, carnet retrouvé de Bogomila Welsh-Ovcharov, qui présentait, d'après l'auteure, 65 esquisses inédites. Le Musée Van Gogh en a mis en doute l'authenticité, mais a refusé l'organisation d'un débat public. L'éditeur passe à l'étape supérieure, sans toutefois expliciter ses menaces.

 

 

 

C'est par un communiqué lapidaire que la maison d'édition sollicite l'attention du Musée Van Gogh : « Les Éditions du Seuil feront connaître ultérieurement les moyens par lesquels elles entendent obtenir réparation du préjudice qu’elles ont subi du fait d’une campagne insidieuse et non fondée. » La maison d'édition fournit également l'argumentaire de Bogomila Welsh-Ovcharov en défense de l'authenticité des pièces publiées.

 

Retour en arrière : quelques jours avant la publication de Vincent Van Gogh, le brouillard d’Arles, carnet retrouvé, le Musée Van Gogh révélait dans un communiqué les avis de ses experts vis-à-vis des 65 esquisses présentées dans l'ouvrage. L'institution soulignait que ces avis, rendus entre 2008 et 2012, n'avaient pas été reproduits dans le livre publié par le Seuil, raison pour laquelle il les avait rendus publics.

 

Dès la révélation publique de ces avis, les éditions du Seuil étaient montées au créneau, avec des interventions de Bernard Comment, directeur de collection aux éditions du Seuil, pour soutenir Bogomila Welsh-Ovcharov. « Pour mettre un terme à cette polémique, nous proposons au Musée Van Gogh d'organiser conjointement, dans un délai raisonnable, un débat public entre experts », soulignait la maison d'édition dans un communiqué.

 

Le musée Van Gogh d'Amsterdam a décliné la proposition, et les éditions du Seuil assuraient alors « mettre le musée Van Gogh devant les responsabilités qui sont les siennes dans le déclenchement d’une campagne de dénigrement systématique ». 

 

Quelques semaines plus tard, le ton est visiblement monté, et le Seuil annonce des représailles, en quelque sorte. Par ailleurs, l'expert en art Franck Baille, impliqué dans la découverte de ses 65 esquisses, a annoncé que le propriétaire des pièces, anonyme, était lui aussi susceptible d'intenter une action en justice.

 

  Van gogh by ActuaLitté on Scribd