Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Autoédition : le paradis pour les auteurs du XXIe siècle ?

Clément Solym - 27.01.2012

Edition - Les maisons - autoédition - Lothlorien - Andre


Le panel « Doing It on Their Own: Self-publishing Authors Find Success » qui s'est déroulé lors de la conférence Digital Book World dans la ville de New York le 25 janvier, fut l'un des plus positifs de cet événement concernant l'avenir des auteurs et les opportunités offertes par l'autoédition, rapporte Publishers Weekly. 


Autoédition et succes stories


Des auteurs ayant connu un franc succès par le biais de l'autoédition se sont exprimés, apportant un vent de fraîcheur aux préoccupations financières des auteurs à l'ère du numérique.


Parmi eux, Bella Andre, une romancière Américaine de renom qui n'a pas hésité à se lancer dans l'autoédition lorsque Barnes & Nobles a commencé à fournir ce type de services, au printemps 2010. L'an dernier, elle a vendu, par ce biais, dans les 400.000 exemplaires, et gagné environ 1 million de $. Ses livres sont en cours de traduction dans plus de neuf langues.


Elle Lothlorien a publié son roman The Frog Prince sur Amazon après avoir vécu de mauvaises expériences avec des maisons d'édition traditionnelles. Elle a commencé à vendre ses premiers livres à un prix très faible, puis, le succès naissant, à augmenter leurs prix petit à petit, les ventes augmentant toujours également.

 

 

 

Auteurs autoentrepreneurs

 

En matière d'édition, Bella Andre a expliqué que l'autoédition est « une fenêtre d'opportunités » pour les auteurs dotés d'un esprit d'entreprise, ajoutant qu'elle passait une heure par jour à s'informer sur l'actualité du milieu de l'édition et des ebooks.


Lothlorien a quant à elle souligné les avantages de contrôler complètement la publication et les ventes de ses ouvrages, et notamment le contenu de ses livres :


« Si c'est un succès, c'est grâce à moi. Si c'est un échec, c'est à cause de moi. », a-t-elle expliqué.

 

Le directeur de WHo Dares Wins Publishing, proposant des services d'autoédition, Bob Mayer, a expliqué le principe de son entreprise lors du panel, expliquant que les auteurs produisaient du contenu, les lecteurs le consumaient et que le reste n'était que des obstacles en travers.

 

Il a ajouté qu'il n'est jamais trop tard pour avoir recours à ce type de services : « Si vous avez du contenu, c'est de l'or. Si vous avez du bon contenu, alors aujourd'hui est le meilleur moment pour devenir écrivain. », s'est-il réjoui.