Bad Wolf, le label de fantasy qui joue au loup avec l'autopublication

Clémence Chouvelon - 03.07.2015

Edition - Les maisons - Bad Wolf - fantasy - autopublication


Bad Wolf est un label indépendant de fantasy pour adultes, lancé par trois auteurs tout droit venus de la BD : Christophe Lion Arleston (Lanfeust de Troy, Les Forêts d'Opale, Ekhö), Audrey Alwett (SinBad, Princesse Sara), la fondatrice et directrice du label, et Isabelle Bauthian (Ma Vie d'Adulte, Havre). Trois romans : Le Souper des Maléfices, par Christophe L. Arleston, Anasterry, par Isabelle Bauthian et Les Poisons de Katharz par Audrey Alwett viennent de voir le jour sur le Kindle Store d'Amazon, et une nouvelle salve devrait arriver à la rentrée.

 

 

À l'origine de Bad Wolf, « label de la fantasy méchante et indépendante », une idée proposée par Audrey Alwett : « On était tous les trois en train de commencer ou de terminer un roman, et dans les trois cas, de la fantasy avec un certain niveau littéraire, pas élitiste non plus » explique Isabelle Bauthian à ActuaLitté, « mais l'idée était de créer un label de fantasy sous forme de collection, avec une garantie de qualité. » 

 

L'aventure Bad Wolf s'est faite sans éditeur, et les ouvrages sont publiés pour le moment exclusivement sur Amazon, au format Kindle, avec possibilité d'impression à la demande, et fait partie de l'offre Kindle Unlimited. « L'idée n'est pas forcément de se passer d'un éditeur à tout prix. Nous n'avons pas été refusés par des éditeurs, on voulait pouvoir donner une “première vie” aux livres, qu'on pouvait maîtriser. » 

 

« Un roman représente près d'un an de travail, et ce n'est pas comme en BD où l'on reçoit des avances au droit d'auteur, qui permettent d'être rémunérés pendant la rédaction. Certains éditeurs donnent des avances, mais faibles par rapport à la quantité de travail. Ce qui est compréhensible, à part dans le cas de star du roman, la plupart des éditeurs ne peuvent pas se le permettre. Mais la réalité est que ce n'est pas viable pour la plupart des auteurs. » L'autopublication était ainsi et surtout une question de praticité, et rien ne dit que le label ne passera pas par la suite par le circuit de l'édition traditionnelle, selon les opportunités.  

 

Pour ce qui est du choix d'Amazon, ce sont ceux qui proposaient les conditions les plus intéressantes, d'un point de vue de la rentabilité et de la promotion — Amazon communiquant notamment sur la sortie du label — pour le groupe d'auteurs. L'autopublication plaît à Bad Wolf pour la proximité qu'elle permet avec son lectorat : « C'est intéressant d'avoir des ressentis en direct. Même, cela peut nous permettre de modifier des choses après publication, même si l'idée est bien sûr de proposer un produit fini et dont on est fiers. » 

 

Le label profite du lancement de ce concept, inédit en France, pour proposer de nouvelles expériences aux lecteurs : chaque roman est accompagné de trois jeux culturels, qui permettront aux lecteurs de gagner des albums de BD, et même des dessins originaux de Didier Tarquin (Lanfeust de Troy) et de Jean-Louis Mourier (Trolls de Troy) pour celui de Christophe L. Arleston.

 

Si le label propose pour le moment de la fantasy pour adultes — deux romans de light fantasy et un de dark fantasy (Anasterry), il n'exclut par d'élargir le genre dans le futur. Dès la rentrée, aux alentours de septembre ou novembre, d'autres auteurs devraient se joindre au grand méchant loup, pour une deuxième salve de romans.  


Pour approfondir

Editeur :
Genre : bandes dessinees...
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782302015906

Lanfeust de Troy t.1 ; l'ivoire de Magohamoth

de Arleston, Christophe ; Tarquin, Didier ; Lys

Troy est un monde fascinant, où la magie intervient dans le quotidien de tous.Chacun, en effet, possède un pouvoir, petit ou grand, plus ou moins utile. L'un a le don de figer l'eau en glace, l'autre, le pouvoir d'émettre des pets colorés...

J'achète ce livre grand format à 14.50 €