Dans le domaine public, Sherlock Holmes vit de nouvelles aventures

Clémence Chouvelon - 25.02.2015

Edition - Les maisons - Sherlock Holmes domaine public - deux romans inédits - Bonnie MacBird Hollywood


La maison d'édition américaine HarperCollins a annoncé que la scénariste hollywoodienne Bonnie MacBird (Tron) allait publier en septembre deux romans inédits sur Sherlock Holmes. Le personnage du détective est entré en 2014 dans le domaine public américain. Il est désormais libre de droits, laissant aux auteurs la possibilité de créer librement de nouvelles aventures le mettant en scène. Et aux éditeurs de les publier.

 

 

On the Corner of Baker Street

Sherlock, au coin de la rue (Garry Knight, CC BY 2.0) 

 

 

Art in the Blood sera publié le 10 septembre aux États-Unis et au Royaume-Uni, et se déroulera en 1888. Les personnages d'Arthur Conan Doyle, Sherlock Holmes et son acolyte John Watson, enquêteront sur de nouveaux crimes. « Au moment où j'ai lu le roman de Bonnie, j'ai su que nous tenions quelque chose de spécial », a déclaré Natasha Hughes, responsable des licences et propriétés chez HarperCollins. 

 

Art in the Blood ainsi que Unquiet Spirits, le second roman prévu, ont un fort potentiel selon l'éditeur, qui publiera à la fois en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Bonnie MacBird s'inscrit dans la lignée des auteurs désireux de perpétuer les aventures de Sherlock, puisque Anthony Horowitz avait déjà écrit The House of Silk (2011) et Moriarty (2014), publiés chez Orion (Hachette Book Group). 

 

De plus en plus d'auteurs reprennent le personnage du détective, mais cette pratique n'a pas toujours été au goût des ayants droit de Conan Doyle. L'auteur Leslie Klinger a ainsi défendu devant la justice deux de ses recueils consacrés au personnage, l'année dernière. La Conan Doyle Estate estimait qu'une dizaine d'histoires, qui ne basculeront pas dans le domaine public avant décembre 2022, justifiait le paiement d'une licence pour l'usage des personnages de Sherlock et Watson, ainsi que l'autorisation des ayants droit.

 

La publication des ouvrages de Horowitz s'était ainsi faite avec l'accord des ayants droit, et vraisemblablement après le paiement de droits d'utilisation non négligeables.

 

La dizaine d'histoires mise en avant par les ayants droit resteront bien protégées par le copyright, mais la Cour Suprême a confirmé en novembre dernier sa décision selon laquelle les personnages sont bel et bien libres de droits. Facilitant ainsi la publication de nouvelles histoires, comme celles chez HarperCollins.

 

Cette décision pourrait déboucher sur la réutilisation de plus en plus fréquente des personnages de Conan Doyle par les maisons d'édition et les auteurs en général, inspirés par le célèbre détective. Sherlock Holmes pourrait ainsi renaître sous forme littéraire, mais également d'autres types de supports, Warner Bros ou la BBC s'étant acquittés des licences d'exploitation cinématographique.