Editis : Edi8, fusion actée de First-Gründ et Plon-Perrin avec Tana

Cécile Mazin - 09.08.2013

Edition - Les maisons - plon perrin - Editis - First-Gründ


Dans un communiqué interne, le groupe Editis vient d'annoncer à ses collaborateurs que les sociétés First-Gründ et Plon-Perrin avaient fusionné. Une réalité depuis le 1er juillet, mais qui n'avait pas encore été officialisée. Depuis quelque temps, l'information était dans les tuyaux et tout un chacun attendait que le groupe Editis officialise la chose. 

 

 

Siège du groupe Editis, Place d'Italie

 

 

La nouvelle confirme par ailleurs des informations que nous avions recueillies, qui faisaient état d'une fusion défintive prévue pour le début du mois de juillet. Voici le communiqué dans son intégralité : 

Ainsi, les marques First, Gründ, Les Escales, Les Livres du Dragon d'Or, Perrin, Plon, Presses de la Renaissance, Tana, sont désormais regroupées au sein d'une nouvelle structure juridique dénommée Édi8.
Cet ensemble fort, riche d'une offre éditoriale variée, couvre les secteurs de la littérature générale (française et étrangère), des essais, de l'histoire, des documents, du livre pratique et illustré, de la jeunesse et de l'informatique.

Parallèlement, un accord avec la société Copyright a été conclu, le 1er juillet, portant sur l'acquisition de la marque et du fonds des Editions Tana.

Créées en 2005, les éditions Tana se sont spécialisées dans les livres-objets. Avec un fonds de près de 200 titres, elles publient dans les domaines du livre de cuisine, des loisirs créatifs et de la photographie avec la même ambition : des titres ludiques, des formats audacieux et un graphisme décalé.

Ces évolutions traduisent la volonté du groupe Editis de poursuivre le développement de ses maisons sur des marchés dynamiques lui permettant de renforcer ses positions de leader.

 

L'information a été communiquée le 17 juillet dernier, alors que le 10, ActuaLitté apprenait que les maisons Plon, Perrin, Presses de la Renaissance allaient quitter leurs bureaux de la rue Bonaparte pour retrouver le reste du groupe Editis, Place d'Italie, à compter de la fin août. 

 

Planeta, propriétaire de l'ensemble du groupe Editis, a fait part plus tôt dans l'année de sa volonté d'effectuer quelques économies structurelles : « On demande des économies, des réductions, de budget, et regrouper les sociétés fait partie des perspectives à court terme. Voire très court terme, effectivement. »

 

Au cours d'une réunion qui s'était déroulée un peu plus tôt, le groupe avait par ailleurs annoncé une période d'austérité à venir avec réduction drastique dans les budgets de fonctionnements, jusqu'aux investissements, ainsi que le gel des recrutements et des salaires, coupures de budget de communication...

 

Pour l'heure, personne ne parle de restructuration, mais les décisions prises déstabilisent les équipes. « Si on moins on savait où l'on va, que l'on y aille avec un budget resserré, ce ne serait pas un problème. Mais là, on se demande bien quelle est la direction prise. »