Garcia Marquez finalement publié en Chine

Clément Solym - 02.05.2011

Edition - Les maisons - cent - ans - solitude


Cent ans de solitude, ce n'est pas rien. Mais c'est presque une éternité pour le livre de Gabriel Garcia Marquez, que les lecteurs chinois attendent depuis des années. Et ils pouvaient attendre encore longtemps, puisque l'auteur avait décidé que jamais ses ouvrages ne paraîtraient dans le pays, à cause des multiples éditions pirates déjà existantes.

Le prix Nobel de littérature l'avait mauvaise depuis un moment. Voilà plusieurs dizaines d'années que son livre est vendu dans une version illégale. Et Garcia Marquez avait piqué une telle colère contre cet état de fait, qu'il avait, durant une visite dans le pays, en 1990, juré que jamais ses livres ne seraient publiés en Chine. Même 150 ans après sa mort, avait-il alors promis.

M. Marquez, je vous fais une lettre...

Mais c'était sans compter sur la ténacité de Chen Mingjun, rédacteur en chef de Thinkingdom House. En 2008, il s'était fendu d'une lettre donnant des gages d'admiration réelle au romancier, tout en assurant de l'envie que le pays avait de découvrir son livre. Un peu de pommade, donc, accompagné finalement d'un gros chèque, et voilà que finalement, l'injonction terrible de Garcia Marquez devient de l'histoire ancienne.

La vente aux enchères aura été largement débattue, et finalement l'éditeur l'aura emporté pour un million de dollars. Et ce, bien que de nombreuses versions pirates soient en effet en circulation dans le pays depuis un long moment. Pour Jo Lusby, directrice générale de Penguin Chine, qui publie la version anglaise du texte, estime que ce sera une vraie chance si l'éditeur parvient à avoir une action significative sur les contrefaçons qui se retrouvent au marché noir.

Mais cette signature est avant tout une preuve d'optimisme de la part de l'éditeur, pas seulement dans la lutte pour un assainissement du marché chinois. Dans un pays où la censure reste monnaie courante, publier un auteur comme Garcia Marquez est un signe fort de confiance en l'avenir, ajoute l'éditrice. Autant que l'on peut tabler sur le montant de cette négociation, pour considérer que le marché de l'édition en Chine est vraiment en bonne santé.

Reste que dans une période où le moteur de recherche Baidu est en conflit avec les auteurs, il est heureux que de telles initiatives soient mises en place.

(via Guardian)