"Il sortit résolument de sa cachette"

Cécile Mazin - 12.06.2013

Edition - Les maisons - Jean Guillou - inventeurs - voyages


Cette semaine, les éditions Actes Sud vous font découvrir le roman de Jan Guillou, Les ingénieurs du bout du monde. Ce roman, qui prend pied dans les premières années du XXe siècle, est une exploration de trois vies, dont les destins seront séparés, pour explorer le monde. ActuaLitté vous propose, toute la semaine, d'en découvrir un nouvel extrait.

 

 

Il sortit résolument de sa cachette pour leur demander d'une voix forte ce qu'ils faisaient là. Les deux plus petits parurent se préparer à prendre la poudre d'escampette en direction de l'échelle, mais l'aîné ne bougea pas et répondit, dans un dialecte presque inintelligible, qu'il voulait seulement montrer à ses frères comment fonctionnait une chaudière. Jon Tygesen faillit éclater de rire et ne sut quoi répliquer.

 

“Tu n'as pas froid aux yeux, toi, mon garçon. Tu crois savoir comment fonctionne une chaudière ? demanda-t-il avec indulgence et amusement à la fois. Je n'ai peut-être pas besoin de vous l'expliquer, alors !”

 

Les Ingénieurs du bout du monde

JAN GUILLOU

traduit du suédois

par Philippe Bouquet

Mais les trois enfants hochèrent la tête avec fièvre. Jon Tygesen se lança alors dans la visite commentée qu'on lui demandait parfois d'effectuer à l'intention de visiteurs distingués venus de la ville. Il procéda de façon tout aussi systématique, partant de l'énergie produite par la combustion du charbon, poursuivant par l'étincelante chaudière de cuivre et de laiton, et expliquant pour finir la transmission du mouvement au moyen des manivelles, engrenages et autres principes mécaniques.

 

Les trois garçons eurent bientôt un grand sourire de satisfaction aux lèvres et, curieusement, semblaient tout comprendre. Car de temps en temps – au début, non sans une certaine timidité –, l'un d'eux posait une question sur tel point de détail que Jon Tygesen avait esquivé pour ne pas tout compliquer. C'était étrange. Comment diable trois jeunes fils de pêcheur d'Osterøya pouvaient-ils être aussi à l'aise dans une salle des machines moderne où ils n'avaient jamais pu pénétrer, sans aucun doute ?

 

Ils admirent d'ailleurs ne jamais être montés à bord d'un vapeur. Mais ils avaient lu des choses sur les machines, quelque part, probablement dans une revue quelconque. Quoi qu'il en soit, ils comprenaient parfaitement et étaient intéressés à un point qui sortait vraiment de l'ordinaire.

 

Lorsque le vapeur accosta au tout nouveau quai de Munkebryggen, Jon Tygesen ne manqua pas de s'assurer qu'un membre de leur famille les attendait avant de leur faire au revoir de la main et de regagner, pensif, la salle des machines.

 

 

Lire l'extrait précédent

Lire la suite de l'extrait