Insomnies en noir : Harlan Coben choisit la crème du polar américain

Florent D. - 05.11.2013

Edition - Les maisons - Harlan Coben - nouvelles - polars


Le chauve le plus polardeux de la planète revient avec une sélection d'une vingtaine de pièces de la littérature noire américaine, sélectionnant à l'envi des nouvelles de petits nouveaux, et de quelques pointures. Sélection effectuée par Harlan himself : éclectique à souhait, et invitation au voyage garantie.

 

 


 

 

La présentation ne ment pas : on traverse toutes les terres américaines possibles, depuis New York en passant par le Bayou, jusque dans des quartiers résidentiels américains aux États-Unis, c'est un trajet de vingt étapes qui se profile. 

 

Les auteurs réunis ici n'ont pas eu nécessairement la possibilité d'accéder à un public vaste, leurs premiers textes ayant été publiés dans des revues littéraires, tirées à trop peu d'exemplaires pour toucher le monde. Les versions numériques ont pu pallier ce point, mais leur réunion dans ce recueil de nouvelles, traduites par Serge Filippini permet un éclairage de plus grande ampleur. 

 

« Quand je m'engage dans cette quête acharnée qui consiste à essayer de repérer et de lire chacune des nouvelles candidates à la publication, je vis dans la terreur de passer à à côté d'un texte de valeur », explique Otto Penzler, éditeur américain. 

 

« Tu trouveras ici tous les héros possibles, tous les bandits possibles, toutes les situations possibles, tous les crimes possibles, toutes les solutions possibles, toutes les surprises possibles. Pour paraphraser la vieille rengaine, ces histoires vont te faire rire, elles vont te faire pleurer, elles vont te faire trembler de peur, elles vont devenir une part de toi-même », promet Coben dans sa préface.

 

Des histoires fortes, c'est promis, choisies par Coben qui s'inscrit dans la lignée des James Ellroy, Joyce Carol Oates ou encore Michael Connelly, qui ont participé aux précédentes éditions de Moisson noire, une anthologie qui était alors publiée chez Rivages.