John Scalzi: ce qu'être écrivain veut dire

Xavier S. Thomann - 28.01.2013

Edition - Les maisons - John Scalzi - Blog - Argent


John Scalzi est connu aux Etats-Unis pour son blog, ainsi que pour ses romans de science-fiction publiés chez Tor Books. Sur son site internet, il publie régulièrement des chroniques pour parler de choses et d'autres et en particulier de la condition d'écrivain. Le site Melville House a passé en revue ses derniers posts qui ont le mérite de rappeler le rôle important tenu par l'éditeur dans le succès du livre. 

 

John Scalzi on the

Pip R. Lagenta, CC BY-ND 2.0

 

 

Scalzi a commenté les chiffres de vente de son dernier roman, à l'occasion de la sortie de celui-ci au format poche. C'est pour le moins étonnant de voir un auteur sortir des graphiques et analyser les chiffres de vente sur un blog. En tout cas, ça doit marcher puisque le blog fonctionne depuis 1998. 

 

Il explique que le succès de ses livres repose en partie sur le travail de promotion et de marketing fourni par son éditeur, ce qui permet de répondre à un certain nombre de questions concernant l'auto-édition. 

 

« Travailler avec un éditeur reconnu permet de diffuser mon travail à travers le plus de canaux de vente possibles. En plus de toutes les autres choses qu'ils font (...), l'accès au marché que les éditeurs sont en mesure de fournir est une raison suffisante pour continuer à travailler avec eux.» 

 

C'est moins une déclaration d'amour à son éditeur, qu'un constat tout ce qu'il y a de plus pragmatique et lucide. De plus, il a reconnu que l'auto-édition n'aurait pas été spécialement rentable. Autrement dit, selon lui, l'éditeur est un intermédiaire qui en vaut la peine dans tous les sens du terme, qu'il s'agisse d'argent ou de la qualité du travail. 

 

Il a souligné ce que nous avons déjà eu l'occasion d'évoquer dans nos colonnes, à savoir que l'auto-édition, à condition de le faire correctement, représente une masse de temps considérable et une vraie occupation à part entière. 

 

Enfin, l'auteur n'a pas caché que l'une des motivations à la base de sa vocation d'écrivain était l'argent : « Je suis devenu écrivain pour être riche. » Rassurez-vous, il a aussi précisé que c'était pour écrire.