L'éditeur allemand Suhrkamp retrouve une situation à peu près stable

Antoine Oury - 23.01.2015

Edition - Les maisons - Suhrkamp éditeur - Allemagne édition - Unseld-Berkéwicz Hans Barlach


La maison d'édition allemande Suhrkamp, généralement comparée à Gallimard en matière de publications et de poids économique, a retrouvé un certain équilibre dans sa gestion. En 2008, les deux principaux actionnaires se crêpaient le chignon, s'accusant mutuellement de mauvaise gestion. Six ans plus tard, l'arrivée d'un nouvel investisseur aura permis de stabiliser l'ensemble de la maison.

 

 

Suhrkamp - Frankfurt Buchmesse

Suhrkamp, à la Foire de Francfort 2014 (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Détournement de fonds, mauvaise gestion... Les tribunaux allemands auront entendu parler des actionnaires, Ulla Unseld-Berkéwic, propriétaire à 61 % de la maison, et Hans Barlach, détenteur de 39 % des actions. La maison est ensuite passée par une faillite, puis une procédure de redressement judiciaire. Aujourd'hui, la situation serait revenue à l'équilibre.

 

Suite à une décision judiciaire, en décembre 2014, la maison pouvait organiser sa restructuration : un nouvel actionnaire a été accueilli au sein du conseil d'administration, la famille Ströher. Si Ulla Unseld-Berkéwic a accepté de laisser son siège de directrice de Surhkamp, elle a mis sur pied une alliance avec le nouvel actionnaire, afin d'« assurer une structure capable de gérer le futur de la maison d'édition », et souhaite obtenir une place au sein du directoire de la maison.

 

Avec cette restructuration, l'actionnaire minoritaire Hans Barlach ne pourra pratiquement plus s'opposer aux décisions du conseil d'administration. Autrement dit, il est le grand perdant de la restructuration. Mais la justice allemande avait été claire : refuser cette opération revenait à condamner une grande part de la masse salariale de la maison.

 

Jonathan Landgrebe, arrivé chez Suhrkamp en 2007, a rejoint le conseil en 2008, et remplacera Ulla Unseld-Berkéwic au poste de directrice, obtenant par la même occasion un siège au CA. Et semble plutôt proche de Ulla Unseld-Berkéwic.