La romancière britannique George Eliot intègre la Pléiade

Gariépy Raphaël - 08.09.2020

Edition - Les maisons - Pléiade Gallimard - Edition maison - George Eliot romancière


George Eliot, de son vrai nom Mary Ann Evans, fut célébré(e) comme l’une des plus grandes plumes de son temps avant de tomber quelque peu dans l’oubli. Le 10 septembre prochain, les éditions Gallimard publieront deux de ses œuvres phares dans l’écrin vert de leur célèbre collection. 
 


Née dans un monde d’homme, Mary Ann Evans choisit un nom de plume masculin pour que ses œuvres soient prises au sérieux. S’il était alors courant que les femmes écrivent, elles étaient le plus souvent déconsidérées et cantonnées aux romances insipides. 

Auteure de poésies et d’une dizaine de romans, son œuvre est remarquée par Virginia Woolf, Albert Thibaudet, Marcel Proust ou encore André Gide qui reconnaissent son talent. « Lorsqu’elle mourut, le 22 décembre 1880, George Eliot fut célébré comme le plus grand romancier anglais contemporain » affirme l’universitaire Alain Jumeau, « Mais son œuvre ne tarda pas à tomber dans le discrédit attaché, au début du XXe siècle, à tout ce qui relevait de l’époque victorienne ». 

Le 10 septembre prochain, deux œuvres de la romancière, Middlemarch et Le Moulin sur la Floss, rejoindront la Pléiade pour un volume de 1 600 pages. 
 

Deux oeuvres riches 


Véritable évènement littéraire en son temps, Middlemarch (traduction Sylvère Monod) sortit par volumes successifs en 1871 et 1872 et rayonna de Paris à Berlin. Cette fresque ambitieuse située dans une ville fictive des Midlands est considérée par certains comme le plus grand roman victorien, voire le pus roman en langue anglaise toutes époques confondues.

« Dorothea Brooke, jeune fille altruiste et utopiste qui épouse un érudit desséché. Autour du couple gravitent de nombreux personnages, assujettis à des liens familiaux, conjugaux, de voisinage, d’intérêts. George Eliot entrelace les destins individuels, ménage des rebondissements dignes d’un feuilleton, sans jamais céder à la
facilité
 ».
Le roman sera précédé par Le Moulin sur la Floss (traduction Lucienne Molitor) une œuvre où Mary Anne Evans « a mis beaucoup d’elle-même ». Son personnage de Maggie Tulliver, petite fille turbulente à la nature exaltée, passionnée par les livres rappelle par beaucoup sa propre personnalité. Maggie sera également victime de l’ostracisme social – comme sa créatrice. « L’Allemagne, l’Italie, bien souvent la France me laissent indifférent. Mais deux pages du Moulin sur la Floss me font pleurer », confiait Marcel Proust

Enfin mercredi prochain la traduction française de In Love With George Eliot de Kathy O’Shaughnessy sera disponible. Evans eut une vie particulièrement riche, vivant notamment au grand jour sa relation avec George Henry Lewes, un homme déjà marié. Après la mort de son amant elle fera de nouveau scandale en épousant John Cross, de vingt-et-un ans son cadet. 


Crédit photo : Frederic William Burton - George Eliot - Domaine public 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.