La sortie française de Black Out chez Bragelonne

Clément Solym - 27.08.2012

Edition - Les maisons - Bragelonne - Black Out - Connie Willis


Black Out, c'est l'autre manière de qualifier le succès à venir de la sortie française pour ce premier tome de la série éponyme de Connie Willis. Depuis le succès d'American Gods, signé Neil Gaiman, ce pourrait bien être un nouveau record pour la maison Bragelonne. Il s'agit du « meilleur roman de l'année à venir » d'après l'éditeur, avec un tirage à 10.000 exemplaires, disponibles depuis le vendredi 24 août dernier, en librairies (France, Canada, Suisse et Belgique) pour 25 € au format papier.

 

 

 

 

La sortie numérique fut simultanée, « un succès numérique tonitruant à 12,99 € » a déclaré l'éditeur, qui pense déjà au 2nd tirage, comme ce fut auparavant le cas suite aux presses élogieuses reçues lors de la parution du Mythe de Cthutlhu, et la réédition de Legend, de David Gemmell, au format poche sur le label Milady.

 

Traduit de l'anglais par Joëlle Wintrebert, Black Out est considéré comme le roman de science-fiction de l'année, le plus primé outre-Atlantique. L'auteure quant à elle n'en est pas à sa première récompense puisqu'elle fut 11 fois, l'heureuse dépositaire des prix Hugo et Nebula. Elle a récemment été intégrée au Science Fiction Hall of Fame, à l'âge de 66 ans, elle peut admirer Arthur C. Clarke à armes égales.

  

Dans ce premier Tome, aucun de ses thèmes favoris ne manque à l'appel, elle est passée maître du voyage dans le temps, des paradoxes temporels, mais aussi du récit historique, qui peut ici être qualifié de véritable bain d'érudition, propulsant le lecteur au coeur de la Seconde Guerre mondiale.

 

Mickael, Merope et Polly, ses personnages principaux, vivent initialement en 2060 et débarquent en plein milieu du conflit, à Pearl Harbor. Polly Churchill est vendeuse et le jeune Colin Templer irait n'importe où pour elle. Mais les bombes qui explosent sont bien réelles, et la mort est à deux pas.

 

C'est dans ces moments qu'on voudrait changer le passé. Et si c'était possible ? 672 pages de suspense à lire : « C'est un monde fou, où l'esprit constitue notre unique défense contre les bombes et les fusées terrifiantes, envoyées par le destin », d'après une critique du Seattle Time rapportée dans un communiqué.

 

 

 

 

 







Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.