Le prix d'envoi des livres par la Poste, “véritable entrave à la circulation des idées”

Clément Solym - 05.02.2018

Edition - Economie - tarifs poste livre - livres poste commerce - libraires éditeurs poste


Voilà des années que les éditeurs des Hauts-de-France ont fait des tarifs postaux un enjeu majeur. Depuis un changement tarifaire survenu en janvier 2015, toute l’édition avait dû procéder à un gros ajustement. Mais les éditeurs de l’association poursuivent leur protestation : ce 8 février, c’est à l’Assemblée nationale qu’ils porteront leur voix.


Postes
Frantz Ronzeau, CC BY 2.0
 

 

Le problème est simple : quand un livre dépasse 3 centimètres d’épaisseur, son prix d’expédition par la poste est aligné sur celui du Colissimo – soit près de deux fois le coût précédent. 

 

« Concrètement, quand un libraire doit commander un livre à un éditeur indépendant pour un client : soit le libraire ou l’éditeur prennent en charge les frais de port, quitte à perdre leur marge déjà peu élevée, soit les tarifs sont impactés sur le lecteur. Toute la chaîne indépendante de production et diffusion du livre est menacée », observe-t-on. 

 

La concurrence exercée par les géants du web pose de multiples problèmes, avec des frais de port appliqués au client qui « se réduisent à presque rien ». De là, pour les libraires, la difficulté évidente de ne pas pouvoir faire avancer les ventes en ligne. Alors même que ce segment est présenté comme une solution pour accroître leur activité. 

 

D’un côté, les ventes ne parviennent pas nécessairement à compenser les frais inhérents de leur plateforme. De l’autre, les éditeurs indépendants qui n’ont pas de structure de distribution « voient leur marge disparaître dans ces coûts d’envoi ». Pour certaines structures, comme les éditions du Héron d’argent, l’alternative est de multiplier les salons hors de France, parce que les envois vers la Belgique ou la Suisse sont moins onéreux...

 

Un tarif spécifique pour l’étranger, porté par l’enjeu de la diffusion de la culture française, permet cette incongruité. Mais l’association des éditeurs des Hauts-de-France voit dans cette inégalité un nécessaire combat à porter « pour les professionnels du livre comme pour les citoyens ». De fait, les frais postaux représentent « une véritable entrave à la diffusion de la connaissance. Un enjeu culturel, politique dans le sens premier du terme : la circulation des idées ». 


Pour indication, voici les tarifs pratiqués en février 2017 pour l’envoi de livres de moins de 3 cm : France/Allemagne 2,47 euros ; France/France 7,50 euros ; Allemagne/Allemagne 1,65 euros.
 

La commission des Affaires culturelles de l’Assemblée nationale a nommé deux députés, Yannick Kerlogot (La République en Marche des Côtes-d’Armor) et Michel Larive (La France Insoumise de l’Ariège), pour évaluer la situation. Il s’agit d’envisager une modification de la loi n° 2014-779 du 8 juillet 2014 encadrant les conditions de la vente à distance des livres, et habilitant le Gouvernement à modifier par ordonnance les dispositions du Code de la propriété intellectuelle relatives au contrat d’édition.

 

La rencontre du 8 février ne réglera probablement pas tous les problèmes évoqués. L’association espère que cette action « en faveur de l’instauration d’un tarif postal pour le livre en France » trouvera une issue heureuse.




Commentaires
Bonjour,

La situation a-t-elle évolué depuis la rédaction de cet article ?

Vous écrivez en effet :

"La commission des Affaires culturelles de l’Assemblée nationale a nommé deux députés, Yannick Kerlogot (La République en Marche des Côtes-d’Armor) et Michel Larive (La France Insoumise de l’Ariège), pour évaluer la situation."

J'ai été voir les pages de ces deux députés sur le site de l'Assemblée mais n'ai rien trouvé sur le sujet...

Une modification de la loi est-elle toujours envisagée (au 12 juin 2018) ou bien le projet a-t-il été abandonné ?

Merci !
Bonjour,

je suis éditeur et viens d'apprendre, tout à fait par hasard, (chose que je viens de vérifier et enfin trouver l'info sur le site de la poste : https://www.laposte.fr/entreprise/produits-et-services/livres-et-brochures/(language)/fre-fr) que cela a en effet évolué... dans le mauvais sens.

Le tarif livre et brochure est désormais limité à 2KG... ce n'est pas une blague : au delà il faut passer au "sac postal" (lequel n'est évidemment ni fourni ni même vendu par la poste, cf leur CGV "livres et brochures") avec toutes les nouvelles contraintes de cet emballage et maintien des "risques" ("En application de cette Convention,La Poste n’est pas responsable en cas de perte, dommage, avarie ou spoliation de Livre ou Brochure). Entre parenthèse très récemment un de mes colissimo pour l'Italie n'a jamais abouti car la poste avait détérioré l'étiquette : visiblement du café a été renversé dessus, l'étiquette mouillée a été déchirée, donc adresse destinataire devenue en partie illisible, et bien que le code barre soit encore parfaitement correct, le colis m'a finalement été retourné : j'ai du refaire le paquet (qui avait été bien abimé aussi) et repayer l'envoi sans que la poste daigne reconnaitre ses tord et me rembourse cet envoi.



Pour le tarif livre il est dit aussi : "Il appartient au Client de procéder à l’affranchissement, La Poste n’offrant pas ce service" ? Donc la poste refuse désormais d'affranchir ces colis, alors même qu'elle nous a refusé d'utiliser la machine à affranchir pour le faire ? chercher l'erreur. Sachant qu'il est de plus en plus difficile d'obtenir ces tarifs qu'elle change sans en avertir quiconque (ce dernier changement en toute discrétion date du 1er septembre 2018 : même le gestionnaire qui vient de m'en parler n'était pas au courant et l'a découvert devant "le fait accompli"), comment désormais vérifier/calculer le tarif si le postier refuse (ou ne peut plus) le faire ?

Mais bon ils veulent toujours nous faire croire qu'ils sont pour "Promouvoir la culture française dans le monde"
mieux encore, la poste vous soupçonne de fraude lors d'un envoi en livres et brochures, vous devez apporter le carton ouvert et chaque livre est feuilleté pour bien vérifier que le livre est en français, si vous arrivez avec des colis fermés ils ne vous les prennent pas
j'ai beaucoup de livres scolaire de mes enfants que je souhaite revendre a prix modique au lieu de les jeter mais les prix pratiqués par la poste sont prohibitifs et diminuent l'attractivité de livres d'occasion. surtout quand au compare ces tarifs aux pays étranger ( ex Allemagne)alors que on nous parle d’harmonisation européenne et que la poste dépend encore de l’état ....

Quand je peux j'utilise mondialrelay qui est un peu moins cher mais aussi trop cher.
Bonjour,

J'ai beaucoup de livres anciens que j'essais de vendre sur internet (via les petites annonces) au prix de 3€ où 5€ selon l'importance, mais quand une personne intéressée me demande les frais de port et que je lui annonce 5€ où 7,50€ (frais d'envoi bien plus chère que le livre que je vends, il ne me l'achète pas).

Donc, pas de transaction,c'est vraiment du racket les prix pratiqués par la poste.

et ils osent encore augmenter leurs tarifs chaque année. bientôt, ils n'auront plus de clients.
Ce que l'article relate est vrai jusqu'à la moindre virgule. Libraire depuis plus de 15 ans, j'ai dû me résoudre à travailler en ligne et je peux vous certifier que depuis 10 ans que j'utilise la poste, les tarifs qu'ils pratiquent sont honteux!!! dès qu'un livre dépasse les trois cm il passe automatiquement au tarif colissimo. A noter qu'amazon ne paie que quelques cent pour un même colis. J'ai eu l'explication d'un responsable clientèle pro : tout dépend du volume mais comment voulez vous faire du volume avec de tels tarifs? J'ai donc demandé à la poste des devis pro et je me suis retrouvée avec un résultat amusant : le prix au colis était de 30% plus cher qu'un colissimo et il était stipulé que si je ne faisais pas le volume annoncé à l'année je devrais m'acquitter de la différence auprès de la poste. Hallucinant quand même. Aucune autre négociation admise (si on peut appeler ce genre de racket negociation). A ce jour en france, les petits libraires sont condamnés à crever au profit de multinationales qui non seulement ne paient pas d'impôts en france mais bénéficient en plus de subventions de l'état pour leurs projets. On marche sur la tête et il serait bien temps que ça cesse et que la poste n'ait plus ce monopole abusif dans l'expédition.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.