Les éditions Zulma lancent une collection d'essais

Christine Barros - 14.12.2018

Edition - Les maisons - editions Zulma - Collection Essais - Sciences humaines


Depuis 25 ans, les éditions Zulma se veulent ouvertes à la littérature mondiale et à sa diversité ; fortes de leur légitimé et de leur ligne éditoriale, Laure Leroy, à la direction de la maison, lance en janvier une nouvelle collection d’essais. Rencontre.
 
 

ActuaLitté : Comment définiriez vous l’ADN de Zulma?


Laure Leroy : Depuis 25 ans, après un virage pris en 2006 tant dans la ligne éditoriale que graphique, outre la langue française, entendue au sens de francophonie, plus de 20 langues ont intégré le catalogue ; nous publions 10 à 12 grands formats par an, ce qui nous permet d’être à la hauteur, et de maintenir une véritable exigence.

Certes la qualité de l’objet doit être en adéquation avec celle du texte, mais c’est parfois compliqué, les auteurs sont souvent in/mé-connus. Il est plus compliqué d’amener les lecteurs à prendre le risque de ces objets très forts et singuliers ; pour séduire, enchanter, bousculer le lecteur, il faut le rassurer. Trouver les textes, faire des propositions surprenantes, les publier, les vendre tout à la fois, c’est un vrai travail, et nous sommes capables de véritables suées!

Nous avons lancé la collection de poche en 2013, en reprenant les succès de notre catalogue, sur un rythme de 8 titres par an, mais aussi en explorant les catalogues de confrères et rachetant les droits.

Si je devais résumer : pas d’exotisme de l’ailleurs, mais l’impérieuse nécessité de rendre certains titres accessibles en français.
 

L’idée de créer une collection d’essais?


Laure Leroy : Le soubassement politique de notre ligne éditoriale se voit plus ou moins, nous ne mettons pas cela en avant. Mais à chaque fois que l’on publie un texte, on ressent la nécessité de le resituer dans ses origines, son contexte, et parfois même un cours de géopolitique est nécessaire pour le présenter !

J’avais envie de textes de réflexion qui seraient un pendant de notre démarche éditoriale en littérature, qui est une démarche plus « empathique ». Les sciences humaines, contrairement à la littérature qui est mon paysage, ne sont pas mon univers premier. J’avais besoin d’une narration profonde, vivante, en prise avec le réel du monde d’aujourd’hui.

Et puis il y eut la rencontre avec Néhémy Pierre-Dahomey, romancier, jeune chercheur-doctorant en philosophie, à qui, parce qu’en phase politiquement, partageant une même vision du monde, une même envie d’excellence, j’ai demandé de diriger cette nouvelle collection d’essais.

Je voulais de l’excellence, mais aussi de la pédagogie, et surtout pas d’universitarisme, de propos jargonneux : il fallait que je puisse comprendre!

3 textes paraîtront en 2019, pour maintenir la parution de trois ou quatre titres par an par la suite. Pour l’instant des traductions, avant d’accueillir des auteurs francophones, une fois acquise notre légitimité sur le secteur.

Et toujours dans un souci de cohérence, c’est le même designer, David Pearson, (celui-là même qui signe toutes les couvertures si reconnaissables de la collection littérature NDLR) qui signe les maquettes de cette nouvelle collection.
 

Que nous diriez-vous du premier titre de votre nouvelle collection ?


Laure Leroy : Causé par l’activité humaine, le réchauffement climatique a entraîné la sixième extinction de masse. Le constat est simple : nous manquons d’outils conceptuels pour penser cette ère de l’Anthropocène, effrayante, difficile à concevoir. La pensée écologique est parue en 2010 aux Etats Unis et n’était jusque là pas disponible en français.

Thimothy Morton propose de nous affranchir du concept de Nature : si, enfin, nous pensions grand, universel, global plutôt que local ? La notion de nature a été inventée au moment où l’on a commencé à la détruire. Or la nature n’est pas extérieure à soi, n’est pas un idéal perdu à atteindre. L’écologie doit se libérer de la vision optimiste de la nature, bienfaitrice : elle pleine de noirceur, de violence, d’émotions, et reconsidérer le vivant dans son ensemble devient absolument nécessaire.

Et que dire du maillage, de l’interconnectivité de tout avec tout ? Tout est maillage, sans centre ni bord, multidimensionnel. Il nous faut repenser le monde différemment. Cette écologie sans nature redonne à chacun sa juste place : les humains ne sont pas au centre du monde.

Thimothy Morton nous donne les outils philosophiques et conceptuels pour faire entendre le logiciel de référence nécessaire. C’est une philosophie vivante, qui nous invite à un chemin de réflexion, sans asséner de vérités. Mais il est clair qu’après l’avoir lu, on ne pense plus pareil, on ne peut plus le dé-penser.
 

Et, en deux mots, la parution suivante?


Laure Leroy : L’extrémisme radical islamiste n’est pas un choc des civilisations est-ouest. C’est la queue de comète de la philosophie des lumières, celles-là même qui ont pensé la démocratie, qui s’est d’un coup répandue après la fin de la Seconde Guerre mondiale tout autour du monde, alors qu’elle n’a jamais été pensée pour tout le monde, mais pour une élite.

Ce n’est donc pas le bon outil pour penser la démocratie.

Diffusé au moment de la décolonisation, cela a créé des aspirations que le monde n’était pas prêt à appréhender. On nous a dit être légitimes à y aspirer mais le système au niveau mondial a créé un ressentiment généralisé : c’est L'âge de la colère, titre du livre de Pankaj Mishra, durant laquel la guerre civile place les individus et ses aspirations dans un système qui n’a pas été pensé pour lui faire de la place.


L’autre, c’est à dire l’étrange étranger est au coeur de notre travail éditorial depuis des années, fondamentalement au coeur de toutes mes démarches.

Cette collection d’essais est absolument cohérente avec notre collection de fictions : là où la littérature nous mène vers plus de rêves, d’émotions, d’empathie, cette collection d’essais se voudra plus politique et didactique, source d’une réflexion active sur le monde et les autres.

à paraître le 07/02/2019
Timothy Morton, trad. anglais (GB) Cécile Wajsbrot - La pensée écologique - Zulma - 9782843048418 - 20 €

à paraître le 04/04/2019
Pankaj Mishra, trad. anglais Dominique Vitalyos - L’âge de la colère, Une histoire du présent - Zulma - 9782843048425


Dossier : Rentrée d'hiver 2019 : une nouvelle année littéraire lancée


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.