Lire en volume et se déplacer dans son livre avec les éditions Extra

Laure Besnier - 07.12.2017

Edition - Les maisons - SLPJ Montreuil - Edition Extra - Editeur Espace


Parmi les stands du Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil (SLPJ), « Extra, éditeur d’espace », faisait office de curiosité avec ses livres-maquettes aux boîtes colorées. Retour sur une association singulière, qui aide l’enfant à appréhender le concept difficile d’espace, à travers des ateliers et des livres à manipuler. 

 

Maëlys Leuret montre des formes possibles avec le livre « Basic Space », ActuaLitté CC BY-SA 2.0



C’est Maëlys Leuret, jeune architecte diplômée, membre de l’association Extra, qui nous guide dans l’histoire et le concept des livres « Basic Space » ainsi que le tout nouveau « Organic Space ». Les éditions Extra sont nées grâce au lancement, en 2014, d’un financement participatif sur la plateforme Ulule par l’architecte, auteur et graphiste Fanny Millard.

En effet, lors d’ateliers de médiation avec des enfants, elle fait le constat de la difficulté de travailler sur le très large concept d’espace : l’espace est impalpable, « c’est du vide ». Pour y remédier et transmettre une « culture de l’architecture », l’architecte décide donc de lancer un projet double : des ateliers et éditions, notamment des livres. Dans ces projets, Fanny Millard est aidée par d’autres architectes et collabore avec des artistes comme des psychomotriciens ou des danseurs. 
 

Les doigts qui rêvent : des albums tact-illustrés
accessibles à tous


Alors, pourquoi des livres ? L’architecte voulait « travailler en volume, sur un livre-objet, dans une pédagogie du faire ». Et c’est tout un processus qui se met en place. Lors d’ateliers, les enfants sont invités à appréhender l’espace avec leurs propres corps grâce à la cabane Basic Space, fabriquée à l’aide de l’entreprise Gymnova, et qui reproduit la forme, en grandeur nature, des livres-maquettes. Les enfants travaillent donc les notions de « devant, derrière, dedans, dessous, au-dessus… »

Puis, « on va les faire retravailler ces notions-là, avec le livre, qu’ils vont manipuler à l’échelle de leurs mains, en travaillant avec un petit personnage que l’on va insérer dans le livre, pour reproduire les mêmes expériences que l’on a faites avec le corps, mais cette fois-ci avec le livre et un personnage plus petit, pour travailler la notion d’échelle » explique Maëlys Leuret, désignant l’un des livres-maquettes en carton contrecollé. 


Ces ateliers ont lieu à la demande d’enseignants, qui proposent des projets différents. « Une année, les livres-maquettes ont été utilisés pour faire des théâtres d’ombre et de lumière, une autre fois c’était pour penser et construire ensemble une ville » raconte la jeune architecte dynamique. L’association édite aussi des livres retraçant les projets qu’elle a réalisés ou encore une mallette pédagogique, à l’intention des enseignants et des professionnels de l’éducation, pour accompagner l’utilisation des livres.  

<

>

 



À travers ces livres-maquettes, que l’on peut acheter déjà illustrés ou vierges, à illustrer soi-même, l’enfant peut raconter la propre histoire de son invention. Il est possible de le customiser ce qui permet d’explorer l’espace à sa propre manière. « Le livre peut être lu de différentes façons, graphique par exemple, on va se raconter une histoire, car on va dessiner dessus. C’est par le dessin, l’illustration, la manipulation que la littérature rentre en jeu. » L’enfant est le propre auteur et illustrateur de son histoire. De même, une notice accompagne les livres et un début d’histoire, en mots, peut être inscrit sur une face du livre, pour donner envie de la continuer.


C’est aussi un livre ludique, qui peut devenir « la maison de poupée ou des playmobils » ou bien il peut être « utilisé par les parents pour raconter une histoire le soir, comme dans un livre mais en espace », s’amuse Maëlys Leuret. Les livres-maquettes invitent à « transformer l’espace », à « vivre une expérience ». L’enfant apprend grâce à l’action et la manipulation. 


Il en est de même pour le nouveau livre-objet que vient d’éditer Extra ; « Organic Space ». Maëlys Leuret nous indique qu’il n’a pas encore été testé en atelier. Il joue sur l’échelle du grand paysage. Avec « Organic Space », il s’agit de « construire un relief, un abri, un refuge. Il est question de sortir de l’échelle autour de soi, de la maison, et d’élargir sa vision sur l’environnement ». Ainsi, le livre-maquette permet une autre lecture, active, qui désacralise l’objet-livre sur lequel on ne pourrait pas dessiner. 
 

Pour le moment, l’association travaille avec des enfants à partir de huit mois, depuis la crèche jusqu’à l’école primaire. Son objectif ? Élargir ses activités aux collèges et aux lycées. Aussi en question, l’utilisation des livres lors de la première année d’architecture pour appréhender le vaste thème de l’espace. 


Pour commander un livre-maquette, c’est à cette adresse. Pour voir s'il est disponible dans votre librairie, c'est ici
 

Toutes les informations sur le salon du livre de Montreuil 2017