Lolita, du fait divers au journal intime, l'éternelle adolescente de Nabokov

Victor De Sepausy - 22.07.2019

Edition - Les maisons - Lolita Nabokov - affaire Sally Horner - kidnapping viol


AVANT-PARUTION – Sulfureuse rentrée littéraire ? Deux ouvrages autour de la petite Lolita vont se partager l’affiche entre août et octobre, un roman et un essai. Le premier donne la parole à cette jeune adolescente, sous la plume de Christophe Tison. Le second, entre récit et analyse littéraire, retrace l’affaire Sally Horner, kidnappée en 1948, et qui aura inspiré Nabokov.


statue de Nabokov à Montreux - Ygrek, CC BY SA 4.0


Lolita, peu bavarde dans le roman de Nabokov, méritait bien de pouvoir s’exprimer, autrement que par le beau-père kidnappeur, Humbert Humbert. Touché par le mutisme de l’héroïne, l’écrivain Christophe Tison y a retrouvé son propre silence. « Celui que j’ai vécu enfant et que j’ai décrit dans Il m’aimait (Grasset). »

Et d’expliquer : « Il fallait que je lui donne une voix, qu’elle parle, qu’on entende enfin Lolita. Et quoi de mieux qu’un journal intime où elle se serait confiée pleinement, sans pudeur. Où elle aurait dit la vérité. » 

Loin de la présentation que Nabokov avait faite, assurant que son roman réunissait les confessions d’Humbert Humbert, c’est donc l’adolescente qui prend la parole. « Pour qu’elle parle enfin. Pour qu’elle vive sa vie de jeune fille. Et lui redonner voix humaine, briser ce long silence. »

Contrepied de Nabokov, l’ouvrage aurait été refusé par deux maisons avant de trouver sa place chez la Goutte d’or. « Le risque de l’exercice était évident. Au lendemain de #MeToo, donner la parole à l’adolescente la plus célèbre de la littérature est un projet à la fois lumineux et venimeux », assure la maison. 
 
L’ouvrage bénéficiera d’ailleurs d’une production spécifique : un tirage à 15.000 exemplaires, livre cousu avec rabats, titre en marquage bronze, incipit imprimé en gaufrage sur la couverture. Manifestement, l’adaptation audiovisuelle intéresserait des producteurs américains et Point Seuil a déjà acheté les droits poche. Un mini-documentaire et un teaser accompagneront la sortie.

Un extrait est proposé en fin d’article.



 
Dans son essai, Sarah Weinman a plutôt opté pour le décryptage de l’œuvre de Nabokov, utilisant la photo de Florence Sally Hroner en couverture, cette adolescente de 15 ans que Frank La Salle avait kidnappée. La journaliste américaine prend le parti d’interroger : Dolores Haze, alias Lolita, « est-elle une victime » ?

Nabokov, en effet, avait du mal à trouver une structure au roman qu’il avait en tête depuis des années, et, quand il est tombé sur une série d’articles relatifs à l’affaire Sally Horner, cette petite fille enlevée par un quinquagénaire en 1947 dans le New Jersey, il se l’est approprié. L’autrice s’est alors livrée à des recherches minutieuses pour relever les indices qui lient Lolita et Sally, reconstituant pas à pas le processus de création du texte. 
 
Faisant référence aux articles de presse, que Nabokov n’a pas pu ignorer, même s’il ne les a pas conservés dans ses archives, le livre entend poser l’une des questions capitales. Pourquoi cacher au monde cette source d’inspiration capitale ? Qu’y a-t-il de si dangereux dans le dévoilement de la vérité ? 


[à paraître 22/08] Christophe Tison – Journal de L. (Extraits 1947-1952) – Goutte d’or – 9791096906161 – 19,50 
[à paraître fin sept.] Sarah Weinman, trad. Isabelle Chapman – Lolita la véritable histoire – Seuil – 9782021419122 – 22 €  

  

Dossier - Rentrée littéraire 2019 : une cuvée de 524 romans à découvrir


Commentaires
Ce Tison est un vulgaire recycleur. Au moins, la couverture putassière à souhait annonce la couleur. Tirage à 15000, "titre en marquage bronze", incipit salace "imprimé en gaufrage", avec, peut-être, une édition Privilège grand format intégrant une petite culotte sous la jaquette comme dans un album d'Alice Cooper, produits dérivés, page Fessebook, bande-annonce (faut-il qu'il rende, ce vieux bouquin ?), c'est du massif. Ça se laisse lire. Si le buzz pouvait diriger le lecteur vers les œuvres du Nab', ce serait déjà ça.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.