Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Oxford Press : croissance en dépit de sa condamnation africaine

- 01.07.2013

Edition - Les maisons - presses - université - Afrique


Malgré une année « difficile » et de « nombreux défis », les presses universitaires d'Oxford annoncent une croissance annuelle des ventes de 4,4 %. Dans son rapport annuel, le PDG Nigel Portwood a tenu a rappelé « l'engagement envers les plus hautes valeurs éthiques », et « les efforts substantiels et des ressources considérables pour répondre aux fautes passées et s'assurer que nous pouvons maintenir ces standards dans le futur ».

 

 

En juillet 2012, l'éditeur était condamné à payer une amende de 1,9 million £ au motif de pratiques illégales de filières en Tanzanie et Kenya, bien que Portwood a tenu à rappeler que la gestion d'Oxford GB n'avait aucun lien avec ces manquements. Et pour faire passer le message, Portwood a démantelé sa division internationale, transféré les filiales dans d'autres structures et développé un système d'alerte anonyme en cas de manquements éthiques.

 

Faire oublier l'arnaque, cette priorité de première urgence semble avoir bien été atteinte puisque les recettes ont atteint cette année 760 millions £. Le chiffre supérieur à l'année dernière masque la chute vertigineuse des revenus d'il y a deux ans.

 

Mais c'est sur le marché global que le plus grand éditeur universitaire base sa croissance avec 12 % de croissance sur les pays émergents. Pourtant, la condamnation des filiales africaines a laissé des traces. Ainsi, la World Bank a opéré un boycott d'Oxford pour une durée de trois ans.

 

Des pertes contenues donc, et notamment par un large investissement du segment numérique. Le rapport fait été de 19 % des ventes au format immatériel à mesure que le public réduit sa consommation de format papier. Plus précisément, le département académique et professionnel marque la transition la plus complète avec 56 % des ventes au format numérique. Une poussée qu'accompagne la filière du livre éducatif et scolaire.