Phil Marso joue avec les mots

Clément Solym - 19.03.2011

Edition - Les maisons - phil - marso - PMS


Phil Marso n’est pas un auteur comme les autres. Après avoir écrit quelques romans policiers, il s’est attaqué à une tout autre enquête : celle des mots.

En effet, depuis 2005, Marso est l’inventeur d’une nouvelle graphie du français : la PMS (Phonétique Muse Service). Sur la base du langage SMS, la PMS consiste à abréger le français en utilisant la phonétique et les chiffres. Toutefois, plus aboutie que le SMS, la PMS est également composée de symboles : « Vous savez, ces caractères spéciaux, que l’on trouve dans Word. » Elle joue sur les apostrophes et a ses propres règles. Sans aller jusqu’à une grammaire établie, Marco précise que la graphie PMS a encore le temps d’évoluer et de se fixer.

Dans le cadre du Salon du Livre, Phil Marso propose des ateliers quatre fois par jour afin d’initier les amateurs au langage PMS. Ce matin, c’était une troupe de garçons de 4eme qui s’est attroupée autour du stand Y16, s’essayant à traduire leurs prénoms en PMS : Matthieu devient mati’E quand Louis se change en L’8.
 


L’aspect visuel et ludique de la graphie s’avère très utile : « Cela peut aider les dyslexiques car c’est une écriture proche de la phonétique. La PMS peut également être utilisée par des étrangers qui souhaiteraient avoir une première approche de la langue française »

D’autre part, la PMS est utilisée comme une passerelle entre le SMS et le français traditionnel qui permet de remotiver les adolescents en échec scolaire.

Après l’atelier, Mr Marso a accepté de nous parler de son projet :

D’abord, j’ai publié un ouvrage de devoirs de vacances : CP SMS, puis je me suis proclamé professeur et j’ai continué à faire des manuels scolaires en PMS. Aujourd’hui, je tiens un site Internet : ProfSMS.fr où je propose des exercices. Par exemple, en ce moment il y a un concours : le jeu consiste à traduire quelques expressions en PML et les meilleurs traducteurs gagneront une affiche des fables de la fontaine en PML.

En dehors des manuels scolaires, Marso produit des fictions policières en PMS, dont la première s’intitule PA SAge a TaBa. Puis il a continué sur sa lancée avec une réécriture des fables de la Fontaine et d’autres ouvrages originaux.

La PMS est-elle vraiment efficace pour aider les jeunes en difficulté ?

En septembre, j’ai travaillé avec une classe de SEGPA, les élèves étaient en très grande difficulté scolaire : j’ai fait douze heures d’atelier où je leur proposais de résoudre une enquête portant sur les dangers de l’alcool et du tabac, le tout en PMS. L’aspect ludique les a tous motivés.
L’éducation nationale considère que le SMS est un fléau pour l’orthographe, mais elle ne fait rien. Moi, j’ai décidé de prendre une initiative. La PMS n’est pas la solution idéale, mais c’est une alternative pour remotiver les jeunes et les réhabituer à respecter une grammaire si surprenante soit-elle.


Phil Marso précise que pour l’instant tout cela reste expérimental, mais beaucoup d’enseignants s’y intéressent de près et croient en l’efficacité de telles méthodes.

« L’enjeu de demain n’est pas d’être bon en orthographe, mais d’avoir une pensée sur les mots. »

Phil Marso tient le stand Y16 pendant toute la durée du Salon et anime quatre fois par jour des ateliers d'initiation à la PMS.