PUF et Belin présentent Humensis, “promouvoir la société de la connaissance”

Nicolas Gary - 17.10.2016

Edition - Les maisons - Humensis Puf Belin - groupe édition sciences humaines - Marc Mériot Humensis


Humensis sera le groupe éditorial réunissant PUF et Belin, deux éditeurs largement complémentaires. Ce rapprochement validé par les organes d’administration doit encore être présenté aux actionnaires. Ce 17 octobre Frédéric Meriot, directeur général des PUF, et Sylvie Marcé, Président directeur général des Éditions Belin, présentaient la future société.

 

Frédéric Meriot, directeur général des PUF, et Sylvie Marcé, Président directeur général des Éditions Belin

 

 

Humensis n’a pas vocation à devenir un éditeur ni à publier sous son nom : si la structure pourra développer des événements et proposer des rendez-vous, elle capitalise avant tout sur l’ensemble des marques que portent Belin et PUF. « Humensis marquera le regroupement des savoirs-faire existant, avec des moyens communs partagés », souligne Sylvie Marcé. « Nous sommes réunis autour de la connaissance et des savoirs », précise pour sa part Frédéric Meriot.

 

Sylvie Marcé prendra la direction générale de la société, tandis que Frédéric Mériot sera directeur général délégué. Fin février 2017, ou début mars, les équipes des deux structures seront par ailleurs réunies au sein d’un même immeuble. Ce sont ainsi près de 140 personnes qui se retrouveront – sur les 185 que comptent les deux sociétés. « PUF et Belin ont la volonté de se développer à travers Humensis, et pas celle de diminuer les effectifs », insiste Sylvie Marcé.

 

« Humensis veut promouvoir la société de la connaissance. Elle a pour objectif de transmettre et diffuser la parole des experts, des penseurs, des observateurs et des témoins pour donner à tous des clés afin de comprendre le monde contemporain et appréhender celui de demain », précise-t-on.

 

Mais les acteurs comptent aussi sur une dimension numérique globale pour mieux faire connaître leurs œuvres. « Avec les outils numériques, nous avons la capacité de réunir et de communiquer au mieux avec nos lecteurs. Belin a déjà opéré un grand travail cette année sur ces points », indique la PDG. 

 

Idem du côté de PUF, où Frédéric Mériot souligne l’importance d’une approche de longue traîne. « Nous sommes des éditeurs dont les catalogues s’inscrivent dans la durée », souligne-t-il : à ce titre, l’activité d’impression à la demande est un reflet de l’identité, en tant que fournisseur, à tout moment, d’œuvres liées au savoir. « Les outils numériques dépassent de loin la stricte question de l’ebook. Voilà 10 ou 15 ans, nous aurions été en position défensive sur le sujet. Aujourd’hui, il est pleinement intégré, et possède une part dans notre activité globale. »

 

Le logo Humensis

 

 

Si, à ce jour, PUF expérimente le principe d’abonnement de la société Youscribe avec ses titres de la collection Que Sais-je ?, il n’est pas prévu que Humensis engage les acteurs dans une offre d’abonnement streaming maison. « Belin ne s’est pas lancé dans le streaming, même si nous sommes présents sur la plateforme Cairn – qui concerne plus le B2B, et l’universitaire », rappelle Sylvie Marcé.

 

« La résilience du livre est importante », ajoute Frédéric Mériot. « Contrairement aux autres industries culturelles ou aux médias, il ne me semble pas que les modèles numériques soient tous transposables au livre. En réalité, il nous faudra inventer nos propres moyens pour trouver des solutions qui reflètent ce qu’est le livre. »

 

La librairie doit demeurer, et demeure, le premier canal de vente. « La vente directe n’intervient qu’en tant que service », précise Sylvie Marcé. « Rendre facilement accessible nos fonds est essentiel, de même que faire connaître les œuvres implique de trouver le public et de lui faire savoir qu’elles existent. Mais nous croyons plus que jamais que le libraire est prescripteur : cette valeur reste fondamentale pour Humensis. »

 

À terme, le groupe éditorial créé devrait être l’un des premiers éditeurs francophones en matière de sciences humaines. « Une place que l’on nous prête, effectivement », s’amuse Frédéric Mériot, « mais ce fait n’est pas crucial. Aujourd’hui, nous voyons surtout, chez Puf, comme Belin, que les indicateurs sont favorables au développement de la structure ». 

 

2016 aura en effet marqué une année positive pour les deux sociétés : PUF, qui réduit très largement ses pertes et enregistre une croissance de 10 %, tandis que Belin, après la réforme des manuels, passerait de 20/23 millions € de chiffre d’affaires à près de 30 millions €. « Depuis trois ans, tout le secteur de l’édition scolaire avait connu des pertes », note Sylvie Marcé. 

 

Humensis : savoir, connaissance, littérature et éducation

 

Chacune des entités éditoriales conservera son propre champ d’action, mais Humensis va regrouper quatre axes éditoriaux.

 

 

 

« Savoirs de référence » a pour ambition de refléter la pensée en train de se construire, par des publications constituant des ouvrages de référence, apportant des contributions intellectuelles nouvelles et durables aux champs de la connaissance contemporaine et aux sujets de société. La marque Puf, notamment, est au cœur de ce pôle. 
 
« Éducation » regroupe les publications et les services à forte valeur pédagogique. Au cœur de ce pôle, l’édition scolaire et parascolaire, les manuels pour l’enseignement supérieur, les services numériques, et la lutte contre l’illettrisme. Les marques Belin ou Gérip y trouveront naturellement leur place ainsi que certaines collections de manuels des Puf, comme Major. 
 
« Culture et Connaissances » veut rendre accessible à tous les publics les fruits de la recherche et de donner à chacun des clés pour découvrir et comprendre le monde en cultivant sa curiosité. Les marques Belin, Le Pommier, Pour la Science, ainsi que la collection Que Sais-ie ? animeront ce pôle. 
 
« Littérature Générale » décryptera l’actualité au travers d’essais, de documents, d’analyses politiques, de témoignages, d’enquêtes ou biographies traitant de faits et de personnalités qui contribuent à la construction de la société contemporaine. Le pôle s’ouvrira sur une littérature témoin de notre monde au travers d’œuvres de fiction.