Un petit coup de Flipper pour trouver ses prochaines lectures ?

Clément Solym - 27.10.2016

Edition - Les maisons - flipper penguin book - livres recommandations éditeur - choix vente Amazon


Inutile de chercher le lien entre le jeu d’arcade qui peuplait les bistrots voilà une quarantaine d’années et l’outil de recommandation de l’éditeur Penguin Random House. Flipper est une solution en ligne qui permet de choisir des livres, à travers un parcours simplifié. À l’excès ?

 

 

 

Six grandes sections – une classification par âge – et iune quinzaine de sous-thématiques, pour affiner son choix, et voici comment Penguin UK entend faire des propositions de lectures aux internautes. 

 

Le moteur de recommandation débarque quelques semaines avant Noël, avec l’intention de valoriser son propre catalogue, bien entendu. Chaque ouvrage présenté est renverra l’internaute vers les pages du site Amazon UK, et prioritairement la version papier. 

 

Démarche tout à la fois compréhensible et en même temps difficile à avaler pour les libraires indépendants. Amazon est LE vendeur de livres en ligne, que ce soit pour des ouvrages papier ou numériques, et le taux de conversion des ventes sera nécessairement optimisé pour le territoire britannique. 

 

D’autre part, Joanna Prior, directrice générale de Penguin UK, avait récemment fait amende honorable, en expliquant que sa société s’était probablement trop enthousiasmée pour le numérique – dépensant des sommes folles pour des applications impossibles à rentabiliser, entre autres. 

 

« Il y a eu ce moment précis où nous nous avons tous couru après les applications, ce miroir aux alouettes, et dépensé de l’argent dans ce développement, et investi probablement de manière inconsidérée dans des produits dont nous pensions qu’ils pourraient, d’une façon ou d’une autre, améliorer le livre », expliquait-elle. 

 

 

 

Et d’assurer que le retour vers le livre papier, la valeur sûre, était aujourd’hui la politique : la stratégie avait été réorientée. Ne jamais oublier que l’ebook, sur les territoires anglo-saxons, a connu une hausse de prix liée à la renégociation des contrats entre éditeurs et revendeurs. De la sorte, les clients ont vu le tarif public grimper – et fort logiquement, ils s’en sont détournés.

 

Mais Amazon, tout de même... Les accords passés avec le cybermarchand n’ont pas été dévoilés, mais il est de toute manière intéressant pour la société d’avoir monté un pareil partenariat. Albert Hogan, directeur marketing, assure que cette démarche découle d’une demande des lecteurs – le moteur de recommandation serait donc la réponse apportée pour faciliter les choix. Sauf que l’on aboutit tout de même massivement à des best-sellers ou des titres à forte notoriété. À tester ici.

 

via The Bookseller