Bob Stein : lecture, écriture, 'Il nous faut construire un écosystème neuf'

Clément Solym - 17.05.2012

Reportage - Bob Stein - rencontre - livre réseau


« He's a radical thinker » (« C'est un penseur radical ») semble prévenir Alain Pierrot en nous accueillant au Labo de l'édition, tandis que l'ebook star Bob Stein écoute sagement le résumé de ses faits d'armes : dès l'apparition des écrans informatiques, dès la naissance des dispositifs de stockage et du réseau Internet, Stein proposait une nouvelle conception du livre. Ça tombe bien, l'édition numérique a besoin d'idées.

 

« Il n'y aucun endroit semblable dans le monde » salue Bob Stein en portant un regard panoramique sur le rez-de-chaussée du Labo de l'édition, où une quarantaine de personnes sont venues rencontrer cette pointure de la pensée bibliophile. Il avouera d'ailleurs son amour des librairies (le séjour dans la capitale a dû lui réserver de bonnes surprises) mais commence par rendre hommage à Pierre Marchand, éditeur français disparu en 2002, « qui a élargi le champ des possibles du livre imprimé ».

 

Bob Stein joue dans la même catégorie, mais sur un terrain différent : tous les tennismen vous le diront, jouer sur terre battue ou gazon tondu n'implique pas le même jeu. « Il nous faut construire un écosystème neuf », un espace inédit qui permette d'« étendre la notion de page », souligne à maintes reprises ce grand-père (sa petite-fille lui a fait lire Hunger Games) à la voix grave, posée, mais empreinte d'une vigueur incontestable.

 

 

 

L'homme a une vision de livre comme d'« un lieu, ou plutôt un véhicule pour transporter les idées dans le temps et l'espace », et fait de la lecture sur écran - et connectée - le passage d'un âge individualiste à un autre, collaboratif. Social Reading, sa plateforme de lecture numérique, fournit un exemple concret à ses dires, et le discours revendicatif prend alors la forme d'une courte démonstration, pas si éloignée d'une de ces présentations devenues des marronniers pour la presse informatique.

 

Sur Social Reading, il est possible de commenter les passages d'un livre, commentaires qui pourront être affichés, partagés, classés selon différents critères. Utilisant une mise en page aussi inventive et ergonomique que celle de Commentpress, un plugin Wordpress qui permet de commenter, paragraphe après paragraphe, la substance d'un texte. Ici, c'est déjà plus précis, plus ambitieux, puisque c'est la phrase qui compte. « Désormais, ce que je lis, je le lis avec plus d'attention, parce que j'ajoute des commentaires que les gens vont lire » s'enthousiasme Bob Stein, qui évoque la valeur ajoutée à l'expérience de lecture. 

 

C'est un modèle économique que propose aussi le penseur : le « Free to read, pay to engage » (« Lecture gratuite, achat pour s'engager »), un concept qui coule évidemment d'open-source. La monétisation, pour permettre à l'édition numérique de subsister et de rémunérer ses auteurs, passe par là. « J'ai récemment lu A Tale of Two Cities, de Charles Dickens. Il était libre de droits, mais j'aurais sans aucun doute payé pour les commentaires d'un historien ! »

 

 

 

C'est là que la page se froisse pour quelques-uns : Bob Stein est-il le seul à penser le livre de cette façon ? À l'heure où les rythmes de vie grignotent les temps de lecture, sommes-nous ne serait-ce que capables de lire ces nouvelles lignes ?

 

La question doit lui rappeler l'époque où il parlait de la lecture sur écran aux éditeurs, et que ceux-ci soufflaient en souriant : « C'est... amusant ». « Actuellement, les lecteurs et l'auteur sont comme deux cercles l'un à côté de l'autre. Le numérique va leur permettre de se superposer, et de faire naître une émulation de pensée », poursuit le pédagogue, qui a d'ailleurs exposé les applications scolaires de ces « livres-réseaux » (« network books ») qu'il veut créer.

 

« Amazon, Apple et Google ne seront jamais des éditeurs. Ils ont reproduit le modèle du livre imprimé. Si vous pensez que le futur du livre se limite à une répétition du papier, sauf que les mots sont sur un écran, ça peut très bien convenir, mais il peut être bien plus intéressant », prévient Bob Stein à l'encontre des éditeurs, qui « doivent se montrer capables de réunir une communauté » à même d'équilibrer les rapports de force auteurs-éditeurs-revendeurs, en un mot : faire de la chaîne du livre un réseau.

 

 

Voir aussi 

if:Lire : institut pour le futur de la lecture et de l'écriture




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.