Brunch Littéraire à l'Hotel Hyatt Regency

Clément Solym - 24.05.2011

Reportage - brunch - litteraire - picouly


Une fois par mois, l’hôtel Hyatt Regency Paris-Madeleine organise en collaboration avec la banque Palatine, des brunchs littéraires. Rendez-vous mensuel très prisé dans la capitale à tel point que les places sont épuisées des semaines à l’avance.

C’est dans la Chinoiserie, un espace somptueux orné de laques où se reflète la lumière déversée à flot par la verrière au dessus de nos têtes, que l’hôtel reçoit ses invités parmi les auteurs français les plus renommés.

Les rencontres sont animées par l’écrivain Daniel Picouly, qui choisit et contact lui-même avec l’aide de son épouse, les auteurs invités. Après Jean-Christophe Rufin, Christine Orban et même Charles Aznavour, c’était dimanche dernier au tour de Philippe Sollers de bruncher à l’hôtel Hyatt Regency.


Dès midi, les festivités commencent et on apaise notre fringale par un brunch aussi bon que varié, avec un assortiment de mets sucrés ou salés, composés par le chef Frédéric Charrier. Il faut le dire, rien que pour cela on reviendrait.

Mais le plus intéressant est à venir, puisqu’avec le dernier macaron commence la discussion entre Daniel Picouly et Philippe Sollers… Dans un jeu de questions-réponses, les deux écrivains échangent sur différents sujets, tantôt personnels (l’enfance d’un Sollers) ou plus intellectuels (la place de Stendhal dans Trésor d’Amour, le dernier livre de Philippe Sollers, paru chez Gallimard)

L’échange d’une heure, paraît un peu court par rapport à la verve de Sollers qui, une fois lancé, ne tarit plus. N’hésitant pas à lancer au passage quelques piques sur l’actualité politique et les mésaventures d’un certain Strauss-Kahn, au risque de choquer la bourgeoise endimanchée du fond de la salle.


Si on apprécie et encourage, évidemment, ce type d’évènements non seulement très enrichissants mais qui plus est promoteurs d’une culture littéraire oubliée. On regrette le côté élitiste des brunchs de l’hôtel Hyatt Regency, sans doute engendré par le prix élevé (près de 60euros) et l’élégance incontestable des lieux. C’est donc un évènement littéraire de qualité mais qui associe un peu trop, à notre goût, les richesses matérielles à celles de l’esprit.

Le prochain brunch aura lieu le 26 juin et accueillera Tatiana de Rosnay. Par ailleurs, tous les échanges sont intégralement disponibles en podcast sur le site du brunch littéraire.