L'ebook a 40 ans > 1997 > Gabriel, portail des bibliothèques nationales européennes

Marie Lebert - 05.06.2011

Reportage - anniversaire - ebooks - gabriel


 

Mis en ligne en janvier 1997, Gabriel - acronyme de « Gateway and Bridge to Europe’s National Libraries » - est un portail trilingue commun aux bibliothèques nationales européennes pour offrir un point d’accès unique aux services internet des bibliothèques participantes.
On lit sur le site que le choix de ce nom « rappelle également les travaux de Gabriel Naudé, dont l’"Advis pour dresser une bibliothèque" (Paris, 1627) est le premier travail théorique en Europe sur les bibliothèques et qui constitue ainsi un point de départ sur les bibliothèques de recherche modernes. Le nom Gabriel est aussi employé dans de nombreuses langues européennes et vient de l'Ancien Testament, Gabriel étant l'un des archanges, ou messagers célestes. Il est également présent dans le Nouveau Testament et dans le Coran. »

 

 

 


Plus prosaïquement, le site offre en 1998 des liens hypertextes vers les services internet des 38 bibliothèques nationales participantes (Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Macédoine, Malte, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République slovaque, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, San Marino, Suède, Suisse, Turquie et Vatican).

Les services internet sont très divers d’une bibliothèque à une autre, avec une liste complète disponible par bibliothèque. Ces services sont par exemple les suivants: catalogues en ligne appelés aussi OPAC (Online Public Access Catalogues), bibliographies nationales, catalogues collectifs nationaux, index de périodiques, serveurs web et gophers (à savoir des systèmes d’information à base de menus textuels à plusieurs niveaux). Une rubrique spécifique informe des projets communs à plusieurs pays. La recherche sur Gabriel est possible par pays ou par type de services.

Comment Gabriel voit-il le jour ?

L’idée d’un projet commun aux bibliothèques nationales européennes naît lors de la réunion annuelle de la CENL (Conference of European National Librarians) en 1994 à Oslo (Norvège). Le projet débute par un tableau d’affichage électronique commun actualisé avec les projets internet en cours.

En mars 1995, une nouvelle réunion rassemble les représentants des bibliothèques nationales du Pays-Bas (Koninklijke Bibliotheek), du Royaume-Uni (British Library) et de Finlande (Helsinki University Library), qui dessinent un projet pilote et sont rejoints ensuite par les bibliothèques nationales d’Allemagne (Die Deusche Bibliothek), de France (Bibliothèque nationale de France) et de Pologne (Biblioteka Narodowa). Gabriel décrirait leurs services et collections en tentant d’inciter d’autres bibliothèques nationales à participer au projet.

 

 

 

 



Lancé en septembre 1995, le premier site Gabriel est géré par la British Library, qui s’occupe de sa maintenance éditoriale, avec deux sites miroirs sur les serveurs des bibliothèques nationales des Pays-Bas et de Finlande.

La seconde étape se déroule entre octobre 1995 et septembre 1996. Les bibliothèques nationales n’ayant pas participé à la phase pilote sont invitées à se joindre au projet, puisqu’elles ont débuté en parallèle leur propre site web et leur catalogue en ligne, si bien que le nombre de bibliothèques utilisant Gabriel en tant que portail commun s’accroît.

Pendant sa réunion annuelle en septembre 1996 à Lisbonne (Portugal), la CENL décide de prendre Gabriel sous son ombrelle et de lancer un portail officiel plus conséquent à compter de janvier 1997. Désormais trilingue (allemand, anglais, français), Gabriel est maintenu par la bibliothèque nationale des Pays-Bas (Koninklijke Bibliotheek), avec quatre sites miroir sur les serveurs des bibliothèques nationales du Royaume-Uni, de Finlande, d’Allemagne et de Slovénie. (accéder à Gabriel)

Beaucoup plus tard, en été 2005, Gabriel fusionnera avec le site web de l’European Library (lancé par la CENL en janvier 2004) pour proposer un portail commun aux 43 bibliothèques nationales européennes. Europeana, la bibliothèque numérique européenne, verra le jour trois ans après, en novembre 2008.

Qu’en est-il des bibliothèques publiques ?

Sur le site de la Commission européenne, le document « Internet and the Library Sphere » évalue à 1.000 environ le nombre de bibliothèques publiques disposant d’un site web en novembre 1998. Ces bibliothèques sont réparties dans 26 pays. Les pays les plus représentés sont la Finlande (247 bibliothèques), la Suède (132 bibliothèques), le Royaume-Uni (112 bibliothèques), le Danemark (107 bibliothèques), l'Allemagne (102 bibliothèques), les Pays-Bas (72 bibliothèques), la Lituanie (51 bibliothèques), l'Espagne (56 bibliothèques) et la Norvège (45 bibliothèques). La Russie a un site commun pour 26 bibliothèques publiques de recherche. Les pays nouvellement représentés sont la République tchèque (29 bibliothèques) et le Portugal (3 bibliothèques).

 

 

 

 


Les sites sont hétérogènes. Certains se contentent de mentionner l’adresse postale de la bibliothèque et ses heures d’ouverture, tandis que d’autres proposent toute une gamme de services, y compris un accès direct à leur catalogue en ligne.


Notre prochain épisode : 1997 > E Ink, technologie d’encre électronique

Nos épisodes précédents

Copyright © 2011 Marie Lebert

 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.